La guerre et le Québec

KFOR

KFOR

La force de paix entre au Kosovo

Le conflit pour le Kosovo a finalement pris fin aujourd’hui, le 10 juin 1999, avec la suspension des bombardements de l’OTAN, décidée après un début de retrait des soldats yougoslaves de la province ravagée et en partie vidée de ses habitants d’origine albanaise.

Le conseil permanent de l’OTAN (ambassadeurs) a donné l’ordre en soirée aux militaires de l’alliance de faire entrer la force de paix KFOR au Kosovo, en vertu d’un mandat du conseil de sécurité de l’ONU voté après l’arrêt des hostilités.

Les premiers hommes – les commandos britanniques et français chargés de préparer l’arrivée des unités constituées  – devaient entrer au Kosovo dès ce soir.

Une centaine de soldats canadiens du génie associés aux forces britanniques vont participer à cette première vague, a indiqué le ministre de la Défense, Art Eggleton.

Leur rôle sera d’ouvrir la voie à la KFOR en assurant que les voies d’accès sont sûres et libres notamment de mines ou d’engins explosifs piégés.

Le Canada a affecté 800 soldats à la KFOR (50 000 hommes au total) et pourrait augmenter ce chiffre, a ajouté le ministre.

La KFOR doit permettre le retour de près d’un million et demi de kosovars d’origine albanaise, chassés de leurs foyers par les Serbes et par les bombardements, et réfugiés dans les pays voisins ou déplacés à l’intérieur du Kosovo.

Le virage décisif vers le règlement politique du conflit a été pris quand le secrétaire général de l’OTAN, Javier Solana, constatant le début du retrait des troupes yougoslaves du Kosovo, a adressé à l’ONU un message annonçant la suspension de la campagne de bombardements à son 79e jour.

Peu après, le président Slobodan Milosevic s’est adressé à la nation yougoslave pour annoncer la fin de l’«agression» de l’OTAN et «le triomphe de la paix sur la violence.»

« Nous avons conservé le Kosovo, nous avons défendu notre pays, nous avons ramené l’ONU sur la scène mondiale », a-t-il dit, en annonçant la mort de 462 militaires et 114 policiers yougoslaves et saluant « l’héroïsme du peuple ».

À New York, les 15 membres du Conseil de sécurité de l’ONU ont donné le feu vert au déploiement de la KFOR en adoptant un plan de paix pour le Kosovo qui donne une autonomie substantielle à la province serbe, et qui place l’ensemble de l’opération sous le contrôle du Conseil de sécurité.

La paix avait été saluée à l’avance et avec soulagement par des coups de feu qui ont crépité toute la nuit de mercredi à Belgrade et Pristina.

Lancés le 24 mars 1999, les bombardements aériens ont fait plusieurs milliers de morts, civils et militaires, en Yougoslavie, selon des sources serbes, et détruit une grande partie des infrastructures civiles.

L’OTAN, dont c’était la «première guerre », n’a pas perdu un seul homme au combat. Mais elle a dû mobiliser une armada de 1 100 avions de tous types, dont 700 américains, pour 35 000 sorties, et des experts estimaient peu probable que l’Alliance recommence, vu la durée de la campagne contre un pays portant peu puissant comme la Yougoslavie.

Honneur aux anciens combattants

Honneur aux anciens combattants. Photo : Megan Jorgensen

Honneur aux anciens combattants. Photo : © Megan Jorgensen

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>