La guerre et le Québec

Guerre du Golfe

Guerre du Golfe

Le Canada engagé dans la guerre du Golfe

Pour la première fois depuis le conflit coréen en 1953, le Canada est entré en guerre hier soir (le 16 janvier 1991 aux côtés des forces multinationales levées contre l’Irak.

Selon le premier ministre Brian Mulroney, ce conflit armé est la conséquence directe de l’entêtement de Saddam Hussein à poursuivre son occupation brutale et son annexion illégale du Koweit, au mépris de l’opinion mondiale.

« Si le Canada était resté à l’écart, nous aurions ce faisant trahi nos propres intérêts, abdiqué nos propres responsabilités et déshonoré nos propres traditions », a déclaré M. Mulroney devant des députés encore sous l’effet du choc provoqué par l’attaque surprise lancée sur Bagdad à 19 heures hier.

Le premier ministre a été prévenu du déclenchement des hostilités par le président américain George Bush alors qu’il se trouvait à sa résidence officielle du 24 Sussex Drive. Il est promptement revenu au parlement pour tenir une réunion d’urgence de son cabinet.

Le chef d’état-major de la Défense, le général John de Chastelain, a reçu du conseil des ministres toute l’autorité voulue pour engager les Forces canadiennes dans les opérations de la force multinationale. Les navires canadiens effectuent présentement des manoeuvres de soutien des forces navales de la coalition. L’aviation, pour sa part, poursuit des patrouilles de combat dans le nord du Golfe.

Le Canada s’est ainsi engagé en guerre avant même que ne s’achève le débat spécial visant à réaffirmer l’appui du Parlement aux résolutions des Nations Unies.

La guerre en direct

Le crépitement des batteries anti-aériennes irakiennes ouvrant le feu sur les avions de combat américains attaquant Bagdad a retenti en direct partout dans le monde, au cours de la nuit du 17 janvier 1991, grâce à la télévision câblée américaine CNN (Cable News Network).

« Je vais ramper jusqu’à la fenêtre de ma chambre et tendre le bras avec le micro pour que nos téléspectateurs puissent entendre aussi clairement que nous ce qui se passe », a dit Bernard Shaw, un des trois correspondants de CNN à Bagdad avec Peter Arnett et John Holliman.

Alors que la mort s’abat sur la ville, les reporters américains s’émerveillent des « belles traces rouges et oranges » dans le ciel de Bagdad et soulignent que le « grand barrage bruyant » de la DCA (défense contre avions) irakienne couvre le bruit des avions américains lâchant leurs bombes sur la ville.

carte de la guerre du golfe

La carte de la première Guerre du Golfe

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>