La guerre et le Québec

Bataille de Beaver Dams

Bataille de Beaver Dams

Bataille de Beaver Dams (Guerre entre la Grande Bretagne et les États-Unis)

Après la prise le 27 mai 1813 du Fort George, situé sur le territoire de l’actuelle ville de Niagara-on-the-Lake, les Américains pensent remporter facilement la guerre d’invasion du Canada.

Cependant, les Britanniques et les Canadiens n’envisagent pas de déposer les armes. Ils mettent d’abord en déroute leurs adversaires lors de la Bataille de Stoney Creek, le 6 juin 1813, puis ils repoussent les Américains qui avaient envahi le Haut-Canada. Le gros des troupes britanniques et canadiennes se concentre alors près de Beaver Dams afin de reprendre le Fort George.

Le 23 juin 1823, environ 500 soldats américains, commandés par le colonel d’infanterie Charles G. Boerstler, quittent le Fort George pour une attaque surprise sur Beaver Dams. Les troupes sont composées de 4 compagnies d’infanterie, de dragons et de miliciens. Ils disposent de deux canons légers de campagne.

Les soldats partent sous une forte pluie et les canadiens ne s’aperçoivent pas de la manœuvre. Toutefois, le guide américain Cyrenius Chapin, qui avait juré connaître parfaitement la région, se perd en chemin. Après une marche pénible de près de 24 heures, les soldats n’avancent que de 11 kilomètres, pour arriver finalement à Queenston où ils décident de passer la nuit. Les officiers occupent la maison de James Secord, capitaine de la milice canadienne, blessé gravement lors de la bataille de Queenston Heights en 1812 et incapable de marcher.

La femme du capitaine, Laura Secord, entend les officiers parler de l’attaque prévue pour le lendemain. Mme Secord parcourt alors à pied plus de 30 kilomètres pour informer les Britanniques du danger qui les menace.

Le lieutenant James FitzGibbon, commandant du poste de Beaver Dams, reçoit la confirmation de cette attaque imminente par d’autres sources, dont les Mohawks et ses propres éclaireurs. Il prépare donc ses 50 soldats réguliers et 100 à 200 Mohawks pour la bataille.

Le matin du 24 juin 1813, les Américains reprennent la route, mais en chemin ils se heurtent aux Mohawks. Le colonel Boerstler est blessé et des dizaines d’Américains périssent sous les balles des meilleurs chasseurs indiens. Ensuite, le lieutenant FitzGibbon envoie un parlementaire qui propose la reddition aux Américains. Le parlementaire affirme que les 500 Américains sont encerclés par 2 mille Indiens et Britanniques (qui étaient en fait moins de 250). Selon plusieurs sources, c’est le lieutenant FitzGibbon lui-même qui fait la démarche, selon d’autres, il a envoyé un parlementaire.

Toujours est-il que le colonel Boerstler se laisse persuader et ordonne la capitulation de ses 500 hommes. Le lieutenant FitzGibbon dira plus tard: “aucun tir n’est parti de notre part. Ce sont les Indiens qui ont tiré quelques salves, rien de plus. Alors, je ne sais pas pourquoi l’honneur de cette victoire me revient toujours quand on en parle…”.

Une modestie louable, mais c’est FitzGibbon qui a organisé ses unités et a commandé toute l’action. Une soixantaine d’Américains y trouvèrent la mort, ainsi que cinq guerriers Mohawks.

Notons finalement que la bataille de Beaver Dams est l’une des plus célèbres au Canada grâce au rôle joué par Laura Secord, héroïne nationale canadienne.

Fort George

La construction du Fort George, situé aux confins de la ville actuelle de Niagara-on-the-Lake en Ontario, débute en 1801 et se termine l’année suivante. Cette fortification militaire visait le contrôle de la rivière Niagara, une importante voie d’approvisionnement maritime.

Le Fort George devient le quartier général de l’armée britannique, de la milice canadienne et des forces armées des Amérindiens, alliés des Britanniques. Lors de la guerre entre la Grande-Bretagne et les États-Unis de 1812 à 1815, le fort a servi de quartier général à la division centrale des forces britanniques et canadiennes.

Le premier commandant du fort pendant la guerre fut le major-général sir Isaac Brock qui tomba lors de la bataille des hauteurs de Queenston, en octobre 1812.

En mai 1813, le fort George fut brûlé et pris pendant la bataille de Fort George. Après, les forces américaines s’en servent pendant sept mois comme base pour aller envahir le reste du Haut-Canada, mais les Américains ont été repoussés lors des batailles de Stoney Creek et de Beaver Dams.

Une fois la guerre finie, le fort est reconstruit, mais il est abandonné en 1820 en faveur du fort Mississauga et du Fort de Butler (mieux connu sous le nom Casernes Butler).

La plupart du terrain du site du Fort George est utilisé pendant plus d’un siècle à des fins agricoles, tandis qu’un golf est aménagé sur une partie du terrain.

C’est dans les années 1930 que le fort est reconstruit selon les plans originaux. Les travaux de reconstruction furent réalisés dans le cadre du programme fédéral d’occupation des chômeurs, victimes de la Grande Dépression de 1929.

Aujourd’hui, on y trouve des expositions témoignant du passé militaire canadien et de l’histoire de la guerre de 1812.

Remarquons qu’en face du Fort George se trouve la vaste île Navy , d’une superficie de 128 hectares. Cette île fait partie du Lieu national du Fort George. Lors de l’insurrection de 1938, elle fut occupée par les forces rebelles de William Lyon Mackenzie.

Pour joindre le Lieu national historique du Fort George :

Maison de Laura Secord

La Maison de Laura Secord (Laura Secord Homestead) est située à Queenston, en Ontario, sur les berges de la rivière Niagara. Ce musée honore une figure légendaire de la guerre de 1812-1814. Il témoigne également de la vie des résidents du Haut-Canada dans la première moitié du XIXe siècle.

Laura Secord et sa famille ont vécu dans cette maison de 1803 à 1835. C’est de là que l’héroïne est partie pour son périlleux voyage afin d’avertir les forces britanniques d’une offensive imminente des Américains.

Les expositions du musée comprennent des meubles et d’autres objets de l’époque, restaurés par les Chocolats Laura Secord et donnés à la Commission des Parcs du Niagara en 1998.

Des visites guidées permettent de mieux connaître l’histoire de Laura et de sa région. On peut également en profiter pour goûter des crèmes glacées et des chocolats Laura Secord.

La Maison de Laura Secord se situe tout près du Sentier Bruce.

Fort George
Fort George en face de Niagara-on-the-Lake. Photographie de Megan Jorgensen.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *