La guerre et le Québec

L’Allemagne vaincue se livre

L’Allemagne vaincue se livre

L’Allemagne vaincue se livre

Le soleil de la paix se lève sur le monde

La signature d’un armistice donne toujours lieu à des débordements de joie, parce qu’elle marque la fin d’un conflit généralement très meurtrier.

Lorsque le jour du 11 novembre 1918 s’est levé, le monde entier savait depuis quelques heures que la Grande Guerre tirait à sa fin, que les derniers obus sifflaient au-dessus de leur tête et que les baïonnettes allaient être remises au fourreau. Isolées, écrasées, les troupes du kaiser Guillaume II se préparaient à déposer les armes. D’ailleurs, quatre jours plus tôt, la folle rumeur – prématurée, faut-il le rappeler, – de la fin de la guerre avait semé tout un émoi dans la population des grandes villes du Monde, Montréal compris.

C’est à 11 heures d’Europe (6 heures, heure de Montréal) que cessèrent les hostilités sur tous les fronts, au terme d’un armistice dont les conditions avaient été définies à Washington, Paris et Londres plus particulièrement, et imposées à la délégation allemande présidée par le Dr. Ertzberger par le maréchal Ferdinand Foch, commandant en chef des troupes alliées. L’armistice fut signée à Rethondes, près de Compiègne, endroit que devait choisir Hitler 21 ans et demi plus tard, pour négocier l’armistice demandé par les Français du maréchal Pétain. Revanchard, Hitler devait pousser l’ignominie jusqu’à choisir également le même wagon utilisé en ce jour de novembre 1918 pour la signature d’un armistice qu’il avait trouvé tout particulièrement humiliant pour le peuple allemand.

Malgré la distance, malgré les moyens mis à leur disposition à l’époque, les médias canadiens avaient fort bien couvert l’événement. Si bien que les nouvelles concernant la fin de la guerre abondaient.

Pour tracer au lecteur le portrait le plus fidèle possible de ces heures qui ont tant réjoui nos aïeux, il nous faudra nous limiter à rappeler les grands titres du jour, accompagnés d’un bref commentaire d’époque.

Les nations alliées, avec le maréchal Ferdinand Foch, comme suprême interprète, ont fait connaître aux délégués boches (allemands) les conditions de l’armistice.

Les conditions de l’armistice : L`Allemagne devra, entre autres, évacuer tous les pays occupés, y compris la Belgique, l’Alsace-Lorraine, le Luxembourg, et toute la rive gauche du Rhin; libérer tous les prisonniers de guerre; livrer ses armes et munitions, une partie de sa flotte, et abandonner les avantages acquis à Brest-Litovsk et à Bucharest (Bucarest).

La France reconquise : La France récupère l’Alsace et la Lorraine, allemandes depuis 1870.

La France calme dans la joie comme dans les vicissitudes. La capitale française se réjoui, mais dignement et sans oublier que ce carnage affreux lui a coûté plus de 2 000 000 de ses valeureux enfants.

ferdinand foch - l'allemagne vaincue se livre

Ferdindand Foch

Le maréchal Ferdinand Foch : Celui qui a dicté aux Boches les conditions des alliés. Source: Forêt de la Compiègne

Les alliées s’arrêtent sur une certaine ligne. Les alliés conviennent de ne pas dépasser la ligne atteinte au moment de la signature de l’Armistice.

Circulaire révoltante des Boches. Trouvée sur un prisonnier allemand, cette circulaire émanant du quartier général de Von Ludendorf trace la ligne à suivre avec les prisonniers français.

Tout Montréal sur pied pour célébrer la paix. La métropole s’est levée ce matin aux coups de clairon de la grande victoire et toute la population s’est portée en masses compactes et enthousiastes sur le parcours de la grande parade de l’emprunt de la Victoire.

La grande parade de l’emprunt de la Victoire coïncide avec la fin des hostilités. Par le plus phénoménal des hasards, la parade avait été prévue pour ce jour-là, comme si ses organisateurs avaient eu une prémonition.

Les troupes canadiennes sont maîtresses de Mans. Elles sont sous les ordres du général Horne.

On demande l’internement de Guillaume. La présence en Hollande du fameux tyran, le kaiser Guillaume II de Hohenzollern, de l’ex-impératrice Augusta-Victoria et du kronprinz Frédéric-Guillaume ennuient fort les autorités de ce pays. Ce sont des indésirables, qui cherchent à sauver tout d’abord leur peau. Ils sont accompagnés du maréchal Von Hindenburg.

Le prince Eitel tente de se donner la mort. Pris de découragement, le second fils du kaiser, tente de se suicider, sort qu’auraient choisi trois généraux selon la rumeur publique.

La république à Hess-Darmstadt. Le grand Duché s’est déclaré république socialiste libre.

La révolution bat son plein. En Allemagne, les révolutionnaires occupent 14 des 26 états, y compris les quatre royaumes et les états les plus importants. C’est l’anarchie qui y règne, et une lourde tâche attend le régent du nouvel état, Friedrich Ebert.

Le peuple chante la Marseillaise à Berlin.

1560 jours de guerre. Avec la signature de l’armistice par l’Allemagne, la guerre a virtuellement pris fin dans la 1560e journée de son existence, ou quatre ans et trois mois et un tiers.

compiegne

Musée Wagon de l’Armistice à Compiegne. Photo : © GrandQuebec.com

Pour en apprendre plus :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>