Photos de Montréal

Vieux-Montréal

Vieux-Montréal

Le Vieux en images

Le 18 mai 1642, quelque cinquante Français fondent une nouvelle ville au bord du Saint-Laurent. Ce petit établissement, d’abord baptisé Ville-Marie, va rapidement évoluer pour devenir aujourd’hui quartier historique de la ville de Montréal.

Grosso modo, la cité historique du Vieux-Montréal se situe à l’intérieur d’un périmètre formé par le tracé des anciennes fortifications qui passaient le long de la ruelle des Fortifications au nord, la rue McGill à l’ouest, la rue Berri à l’est et la rue de la Commune au sud. Le territoire du Vieux-Port de Montréal est intégré. Le Vieux-Montréal a été pourtant agrandi pour inclure la rue des Sœurs-Grises à l’ouest, la rue Saint-Antoine au nord et la rue Saint-Hubert à l’est.

Le site d’origine de Ville-Marie (premier nom de Montréal) est connu : il s’agit en fait du secteur de la Pointe-à-Callière, sur une langue de terre au confluent du fleuve Saint-Laurent et de la Petite Rivière (disparue depuis des siècles).

C’est Paul de Chomedey, sieur de Maisonneuve qui fonde la ville au nom de la Société Notre-Dame de Montréal pour la conversion des sauvages et c’est lui qui construit sur la Pointe-à-Callière le premier fort en 1643.

Après la faillite de la Société Notre-Dame, les sulpiciens, arrivés en 1657, deviennent en 1663 les seigneurs de l’île de Montréal. Le roi de France leur donne ce vaste territoire à condition d’y « tenir feu et lieu »

Les premières rues sont tracées dans les années 1670. La grille d’origine composée des rue Notre-Dame, la rue Saint-Paul et la rue Saint-Jacques, tracées en parallèle au fleuve, ainsi que les huit rues perpendiculaires est toujours visible aujourd’hui.

Les premières fortifications en pierre, érigées en 1717 par Gaspard Chaussegros de Léry, ingénieur du roi, furent démolies au début du XIXe siècle.

En 1721, après une série d’incendies, Montréal reçoit une ordonnance royale pour interdire les constructions en bois. Les bâtiments de la ville devront être alors de maçonnerie.  Mais même après l’ordonnance, les incendies de 1734, 1765, 1768, 1803 raseront chacun la moitié des constructions de la ville.

En 1763, le Traité de Paris rend la Nouvelle France au Royaume uni et les conséquences de la Conquête marqueront de façon indélébile le visage du Vieux.

Aujourd’hui, l’héritage historique et patrimonial de Vieux-Montréal constitue son attrait majeur. En mettant en valeur des édifices anciens et en comblant les espaces vacants avec de nouvelles constructions, le quartier acquiert un dynamisme qui augmente d’autant son pouvoir d’attraction ; il s’agit de la première destination touristique de Montréal.

La Basilique Notre-Dame de Montréal : la façade date de 1830

Sur la Place d’Armes, le premier gratte-ciel au Canada, Édifice New York Life, 1887-1889

La première caserne de pompiers de Montréal, construite en 1903 : elle est devenue le Centre d’histoire de Montréal.

Rue Saint-Jacques surnommée autrefois le Wall Street de Montréal. Ce sont les grandes banques, comme la Banque de Montréal ou la Banque Royale, les compagnies d’assurance ou les bourses qui y aménagent leurs sièges sociaux. Tous ces édifices sont en pierre de taille, dans un style néo-classique et conçus par des architectes anglo-saxons.

Édifices institutionnels comme le Vieux Palais de Justice, la Douane, le Marché Bonsecours et même la Basilique Notre-Dame dont la façade est l’œuvre d’un irlandais protestant de New York, James O’Donnell.

hotel de ville

L’Hôtel de Ville de Montréal, inspiré de l’Hôtel de Ville de Rennes. Photo : © GrandQuebec.com

Le style victorien qui s’impose dans la seconde moitié du XIXe siècle modifie considérablement l’aspect du Vieux-Montréal.

histoire montreal

La Place d’Youville réaménagée en 1999. Au 335, place D’Youville, on trouve le Centre d’histoire de Montréal qui permet d’embrasser toute l’histoire de Montréal en un seul lieu. Ce musée vous donne des clés pour découvrir les multiples identités de Montréal. Sur trois étages, en autant d’expositions, il vous fait vivre l,aventure riche et mouvementée de la métropole.
Photo : © GrandQuebec.com

pointe à calliere

Lieu de fondation de Montréal, site archéologique authentique, Pointe-à-Callière couvre six siècles d’histoire, de la période amérindienne à nos jours. Inauguré en 1992, le Musée propose une expérience fascinante combinant les trésors du passé à la technologie de pointe. Photo : © GrandQuebec.com

edifice aldred

Édifice prestigieux tel l’Édifice Aldred (1929-1931). Photo : © GrandQuebec.com

 

l’édifice La Sauvegarde (1913) ou la première Bourse (1903-1904).

Cour municipale de Montréal

marché bonsecours

Marché Bonsecours. Photo : © GrandQuebec.com

gare viger

Gare Viger. Photo : © GrandQuebec.com

rue berri et champ de mars

Coin de la rue Berri et Champ-de-Mars. Photo : © GrandQuebec.com

Basilique Notre-Dame de Montréal qui reçoit durant l’été plus de 2500 visiteurs par jour

rue st paul

Rue Saint-Paul. Photo : © GrandQuebec.com

façades colonnes

Façades au style victorien. Photo : © V. Petrovsky

place_cartier

Place Jacques-Cartier, le coeur du Vieux-Montréal, vue vers le haut. Photo : © GrandQuebec.com

place jaques-cartier vieux montréal

Place Jacques-Cartier, vue ver le fleuve. Photo : © GrandQuebec.com

vieux montreal

Place Jacques-Cartier et rue Notre-Dame, Photo : © GrandQuebec.com

le moyne et st pierre

Coin des rues Le Moyne et St-Pierre. Photo : © GrandQuebec.com

rue le moyne

Rue Le Moyne. Photo : © GrandQuebec.com

rue le moyne

Rue Le Moyne. Photo : © GrandQuebec.com

rue de la commune de montréal

Rue de la Commune. Photo : © GrandQuebec.com

rue st pierre

Rue Saint-Pierre. Photo : © GrandQuebec.com

rue saint pierre

Rue Saint-Pierre. Photo : © GrandQuebec.com

rue ste hélène

Rue Sainte-Hélène. Photo : © GrandQuebec.com

st sacrement, rue

Rue du Saint-Sacrement. Photo : © GrandQuebec.com

rue st nicolas

Rue Saint-Nicolas. Photo : © GrandQuebec.com

faubourg st louis

Le complexe Heritage Condos à la limite est du Vieux-Port (faubourg Saint-Louis). Photo : © Grandquebec.com

cour arrière

La trame muséale y est passablement développée puisqu’on peut y visiter sept musées dont plusieurs très fréquentés, par exemple : Musée Pointe-à-Callière, Château Ramezay, Musée Marguerite-Bourgeoys et la Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours. Photo : © Grandquebec.com

terrasses du vieux montréal

On y trouvera des dizaines de bistros, restaurants, cafeterias et terrasses. Photo : © V. Petrovsky

duke investments

Édifice de la compagnie Duke Investments Limited, construit vers 1927 dans le style néo-classique. 297 rue Duke. Photo : © Grandquebec.com

maison mère d'Youville

Ce bâtiment abrite la Maison de Mère d’Youville. Sur rendez-vous, on peut visiter des pièces anciennes et une exposition (téléphone 514 842 9411). Sœurs Grises, premières travailleuses sociales de Montréal. L`Hôpital général des Frères Charon fut achevé en 1694. Cet immeuble fut agrandi par les Sœurs de la Charité, dites Sœurs Grises à quelques reprises jusqu’en 1850. Il s’agit du deuxième plus ancien édifice encore existant dans le Vieux-Montréal, après le Vieux Séminaire des Sulpiciens. Érigé à l’extérieur de la ville fortifiée sur la Pointe à Callière, l’hospice accueillant les orphelins et les pauvres fut pris en charge en 1747 par Marguerite d’Youville, fondatrice des Sœurs de la Charité. Marguerite et ses compagnes venaient en aide aux démunis grâce à des dons, des revenus fonciers et divers travaux. Elles ont volontairement adopté le surnom de « sœurs grises » qui leur était lancé à leurs débuts. On suppose qu’on insinuait ainsi, par dérision, qu’elles pouvaient être « éméchées », Marguerite étant la veuve de François-Madeleine d’Youville, un marchand de fourrures, mêlé à la vente illicite d’eau de vie aux Amérindiens. La communauté des Sœurs de la Charité a même ensuite choisi la couleur grise pour son costume. Marguerite d’Youville, fondatrice des Sœurs de la Charité, fut la première femme née au Canada à être canonisée (ne pas confondre avec Marguerite Bourgeoys, fondatrice de la Congrégation de Notre-Dame et de la Chapelle Notre-Dame-de-Bonsecours, première enseignante et première sainte au Canada, née en France). Photo : © GrandQuebec.com

jardin de lyon

Petite place J.-Ernest-Laforce. Jardin de Lyon. Le jardin de Lyon a été réalisé en l’an 2000 en résultat d’une entente de coopération et d’échanges entre les villes de Montréal et de Lyon. J.-Ernest-Laforce (1879-1977) a été un journaliste de renom. Photo : © GrandQuebec.com

Le Vieux-Montréal ne compte plus que sept édifices datant du régime français (qui prend fin en 1763); le Vieux Séminaire de Saint-Sulpice (1684), l’ancien hôpital général (1693), la Maison Clément-Sabrevois de Bleury (1747), la Maison Brossard-Gauvin (1750), une dépendance associé à l’ensemble Maison Papineau non accessible par la rue (1752) et la Maison Dumas (1757).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>