Images: Ville de Québec

Images : Ville de Québec

Images : Ville de Québec

Photos de Québec

Voir aussi :

Photos de la ville de Québec-1

Photos de la ville de Québec-2

En plus de 400 ans, les limites du territoire de la ville de Québec ont subi des modifications. Pensons notamment aux annexions qu’elle a connues de la fin du XIXième siècle jusqu’au XXième siècle. La fusion de douze municipalités de banlieue avec Québec, le 1er janvier 2002, a elle aussi modifié le découpage urbain (mais en 2006, les limites de Québec changeaient à nouveau à la suite de la défusion de Saint-Augustin-de-Desmaures et de L’Ancienne-Lorette.

Au-delà de sa beauté, Québec est d’abord et avant tout une ville qui offre une qualité de vie sans pareil à qui vient s’y établir. Parmi les nombreuses communautés culturelles qui s’y sont enracinées, les dix principaux pays d’origine de la population immigrante sont la France, la Colombie, le Maroc, la Bosnie-Herzégovine, la Chine, l’Algérie, la République démocratique du Congo, la Roumanie, la Tunisie et le Burundi. De nombreux services d’accueil et d’accompagnement ont été mis en place afin que l’installation des nouveaux arrivants se déroule bien.

Notons finalement que depuis 1833, l’année de l’incorporation de la Cité de Québec, 37 maires se sont succédés à l’hôtel de ville. Certains n’ont fait que passer 47 jours (Georges Tanguay, 1906), alors que d’autres sont restés plus longtemps – le record pour l’instant est de 16 ans (Jean-Paul L’Allier, 1989-2005). L’un (Simon-Napoléon Parent) a même cumulé les fonctions de maire (1894-1906) et de premier ministre du Québec (1900-1906).

La palme du rocambolesque revient au maire Adolphe Guillet dit Tourangeau qui, en 1870, se barricade à l’intérieur de l’hôtel de ville avec ses conseillers à la suite de sa défaite. Le nouveau maire élu, Pierre Garneau, fait surveiller les lieux jour et nuit pour briser le siège. Affamés, les occupants sortiront après trois jours de réclusion.

Une seule femme a occupé le poste de maire de Québec (Andrée P. Boucher, 2005-2007).

vue basse ville

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Québec s’apprête à vivre de grandes transformations. Plusieurs d’entre elles contribueront à façonner le paysage urbain actuel de Québec. Photo : © YaniQc

automne quebec

Après la Seconde Guerre, des familles quittent le centre-ville, attirées par les banlieues avec leurs espaces verts et où la qualité de vie est meilleure. La population de plusieurs secteurs limitrophes de la ville augmente de façon spectaculaire. À l’inverse, la population du centre-ville (de Saint-Roch, par exemple) chute. Photo Automne à Québec : © YaniQc

chateau frontenac

À la fin du XIXe siècle, la compagnie Canadien Pacifique souhaite «construire l’hôtel dont on parlera le plus dans le monde»: c’est le début de la construction de l’hôtel Château Frontenac, d’après les plans de l’architecte Bruce Price. Inauguré en 1893, l’hôtel est par la suite agrandi en 1897 et 1908, avant qu’on érige sa tour centrale de 18 étages en 1924. Photo : © GrandQuebec

quebec chateau

Québec, la ville verte… Orsainville, maison Gomin. Photo : © YaniQc

assemblée nationale

Assemblée nationale.Le 1er juillet 1867, Québec devient la capitale de la province de Québec. Les parlementaires siègent au parlement-bureau de poste, qui s’avère très vite exigu. On envisage d’utiliser un vaste terrain longeant la Grande Allée pour édifier le futur parlement. Les travaux de construction de cet édifice, d’après les plans d’Eugène-Étienne Taché, débutent en 1877 et durent neuf ans. Photo : © Grandquebec

cabane à sucre

Cabane à sucre, une tradition enracinée depuis toujours. Photo : © YaniQc

rue st paul

Rue Saint-Paul. Dans un mémoire de 1618, Samuel de Champlain parle du projet d’établir une grande ville sur les bords de la rivière Saint-Charles (là où se trouvent les quartiers Saint-Roch et Saint-Sauveur) et de la baptiser Ludovica en l’honneur du roi Louis XIII. La mort de Champlain met fin à ce rêve de ville grandiose. © YaniQc

rues de québec

La Seconde Guerre mondiale est l’occasion pour Québec de joindre le cercle privilégié des villes hôtes des conférences réunissant les chefs de deux des puissances alliées: les États-Unis et la Grande-Bretagne.Québec sera d’ailleurs la seule ville à revendiquer cet honneur à deux reprises, en 1943 et en 1944. Photo : © YaniQc

canons de québec

Quatre forts se sont succédés entre 1620 et 1834. La deuxième attaque survient le 16 octobre 1690. L’amiral William Phips arrive à Québec avec une flotte d’une trentaine de navires et plus de 2 000 hommes. C’est alors que le gouverneur Louis de Buade, comte de Frontenac, répond par sa célèbre tirade au messager de Phips venu le sommer de rendre la ville: «Je nay point de reponse a faire a vostre general que par la bouche de mes canons et a coups de fuzil…» Les troupes de Phips sont repoussées, sa flotte repart pour la Nouvelle-Angleterre. Photo: © YaniQc

rues de québec

Rue typique de Québec. Photo : © GrandQuebec

place de québec

Vue de la Place Royale de la Basse-ville de Québec. © GrandQuebec

cadets et buste Louis

En septembre 1939, l’Allemagne envahit la Pologne. La France et l’Angleterre déclarent la guerre à l’envahisseur. Quelques jours après, le Canada emboîte le pas. La ville de Québec se prépare au pire. Des soldats montent la garde à des endroits stratégiques, tels le pont de Québec, le tracel de Cap-Rouge et les centrales électriques (eh,bien, la photo, ce sont des cadets d’aujourd’hui, visitant la Place Royale, le buste de Louis XIV au fonds). Photo : © YaniQc

st patrick pub

Pub St.Patrick, à l’intersection de les rues Saint-Jean et Hôtel-Dieu, le seul pub irlandais dans la ville. Photo : © GrandQuebec

centre ville de quebec

Siège du pouvoir exécutif de la colonie pendant plus de 200 ans, ses châteaux ont également servi de résidence officielle à tous les gouverneurs du Régime français, et à plusieurs du Régime anglais. Bals, réceptions et autres activités s’y tenaient. On dit même que le gouverneur Frontenac, pour impressionner ses invités amérindiens, leur faisait servir des glaces de toutes les couleurs préparées par son confiseur. Photo : © GrandQuebec

musee du fort

Musée du Fort, en face du Château Frontenac. Photo : © GrandQuebec

citadelle_quebec

Le 11 novembre 1871, les soldats défilent dans les rues de Québec au son d’une fanfare qui joue Goodbye, Sweetheart, Goodbye et Auld Lang Syne. C’est le départ de la garnison britannique. Elle est remplacée par la Batterie B, un premier noyau de l’armée régulière canadienne constitué de 6 officiers et 153 sous-officiers. Photo : © YaniQc

basse ville de québec

La Basse ville de Québec © GrandQuebec

soiree quebec

Une belle soirée à Québec © Lucie Dumalo

quartier place royale

Quartier de Place Royale. Photo : © YaniQc

moyen de locomotion

Une voiturette, moyen de locomotion pratique. Photo : © YaniQc

rue st jean

Rue Saint-Jean. Photo © Nicolas Trunov

place royale quebec

Un groupe de touristes avec leur guide sur la place Royale. Photo © Nicolas Trunov

cote de la montagne

  Côte de la Montagne. Photo © Nicolas Trunov

vue de la haute ville quebec

Haute Ville. Photo © Nicolas Trunov

petits chars quebec

Petits chars de Québec. Photo © Nicolas Trunov

rue déserte quebec

Une rue déserte. Photo © Nicolas Trunov

eglise st sacrement de québec

Église du Très-Saint-Sacrement. Photo : © V. Petrovskiy

rue sous le cap

Rue Sous-le-Cap

Rue Sous-le-Cap. Photo : GrandQuebec.com

1 commentaire

  1. thiere

    2013/07/02 at 12:35

    J’adore le QUEBEC.
    Je suis un senegalais de prof comptable vivant au Mali.
    Je veux corespondre avec des personnes resident au QUEBEC.
    VOILA MON ADRESSE
    ousmanendiaye6822@yahoo.fr

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>