Histoire du Québec

Québec : Chronique judiciaire (1938)

Québec : Chronique judiciaire (1938)

Québec : Chronique judiciaire (juillet 1938)

Cinq morts violentes; dix-sept blessés et trois cas d’asphyxie

Un quadragénaire est écrasé par une locomotive: petite négresse broyée à mort par un camion; une octogénaire meurt à la suite d’une chute et deux hommes meurent subitement – Une collision fait six blessés

Ce texte a paru le 27 juillet 1938 dans le journal Le Canada qui était proche du parti libéral du Canada, le style, le choix de mots sont propres de ces temps révolus. On n’en a changé rien, ni un mot.

La fin de semaine a été marqué dans la région de Montréal par cinq mortes violentes et des accidents dans lesquels dix-sept personnes ont été blessés et trois partiellement asphyxiées.

Un quadragénaire est mort écrasé sous les roues d’une locomotive ; une petite négresse a été broyée sous les roues d’un camion ; une octogénaire est morte à l’hôpital, à la suite d’une chute et deux hommes sont morts subitement, l’un à son travail et l’autre à son domicile. Parmi les nombreux, six l’ont été dans une violente collision survenue près de Laprairie. Plusieurs victimes sont dans un état inquiétant.

Écrasé par une locomotive

M.Philippe Hallé, âgé de 43 ans, un employé des chemins de fer nationaux depuis de nombreux années, a perdu la vie tragiquement, samedi matin, dans un accident survenu dans les cours de cette compagnie, près du pont Victoria. Il venait de compléter sa besogne comme sectionnaire et il a été écrasé sous les roues de la locomotive de l’express « Rutland ». Sa mort a été instantanée. Le défunt habitait 2019, rue Duvernay et il était père de quatre enfants. Le cadavre mutilé a été transporté à la morgue, où une enquête sera tenue aujourd’hui, par un jury sous la présidence de Me Richard Duckett, le coroner du district de Montréal. Circonstance plutôt dramatique, l’épouse de la victime est hospitalisée dans une institution locale. L’agent Raoul Guénette, de la police municipale, posté au pont Victoria, a fait les constatations d’usage.

Broyée par un camion

Barbara Langdon, négresse âgée de 18 mois, dont les parents sont domiciliés 3261 ouest rue Saint-Jacques, a perdu la vie tragiquement, de bonne heure, samedi après-midi dans un accident de la rue, près de la demeure de ses parents. Elle traversait la chaussé et elle a été broyée sous les roues d’un camion. Le véhicule était conduit par M. René Ouellette, qui a stoppé promptement après l’accident, Il a transporté l’enfant dans l’édifice de l’ouest de l’Hôpital général de Montréal, où les médecins n’ont pu que constater la mort de la fillette.

Le cadavre a été transporté à la morgue, où une enquête sera tenue, aujourd’hui, par un jury, sous la présidence de Me Richard Duckett, le coroner du district de Montréal.

Chute néfaste

Madame Robina Cameron, âgée de 83 ans, qui habitait 869, avenue Melrose, Verdun, est décédée à l’édifice Général de Montréal, vers 1 heure 30 ce samedi après-midi, des suites des blessures qu’elle s’était infligées en tombant à son domicile, le mardi 11 avril dernier. Le cadavre a été transporté à la morgue, pour fins d’autopsie et d’enquête du coroner.

Mort d’un travailleur

Monsieur Philipp Désaulniers, peintre de son métier, à l’emploi de la ville de Verdun, qui était domicilié 441, avenue Régina, est décédé subitement, samedi après-midi, au cours de son travail, en face de l’hôpital protestant de Verdun. Il était âgé de 54 ans. Le cadavre a été transporté à la morgue pour enquête.

Trouvé mortellement blessé

Monsieur Zotique Guérin, âgé de 72 ans, qui demeurait 1029, rue St-Hubert, a été trouvé mort dans sa chambre. Après l’admission à l’hôpital vers minuit, hier soir, il a été déclaré mort. Son cadavre a été transporté à la morgue.

Tragique noyade

Valleyfield, 26. – M. Roland Clermont, commerçant de bois et de charbon de cette région, a perdu la vie ce soir, dans une chute d’une quinzaine de pieds, du haut de la digue de la Centrale électrique de Beauharnois. Le Dr. S-W. Laroche, le coroner du district, a rendu un verdict de mort accidentelle, exprimant l’opinion que M. Clermont s’était assommé dans la chute, avant de tomber dans l’eau profonde de la digue.

Baignade fatale à St-Hyacinthe

St-Hyacinthe, 26. (Du correspondant du Canada). – Paul Girouard, âgé de 9 ans, fils de M. et de Mme Ferdinand Girouard, de St-Joseph-d’Yamaska, a perdu la vie vers 3 heures, cet après-midi, dans une tragédie de l’onde survenue dans la rivière Yamaska, près du pont de la rue Concorde. L’enfant était à se baigner avec un compagnon du nom de Gaston Dozois, quand M. Roger Lapierre, de St-Hyacinthe, qui passait à ce moment sur le pont, entendit des cris de détresse. Il se rendit sur les lieux, accompagné de Jean-Jacques Brodeur, un jeune homme de 17 ans, qui retira le corps de l’enfant. Les Drs Jean et Paul Morin, de St-Hyacinthe, furent mandés sur le théâtre de l’accident et pratiquèrent la respiration artificielle pendant plus d’une heure. M. l’abbé Valmore Lajoie, curé de la paroisse de St-Joseph-d’Yamaska, se rendit sur le lieu de l’accident.

Autres accidents

René Giroux, 14 ans, dont les parents habitent le 6258, rue De St-Vallier, a été grièvement blessé peu après 9 heures hier soir, dans un accident survenu près du numéro 6815, rue de St-Vallier. Vraisemblablement affaibli par la chaleur suffocante d’hier soir, le garçon perdit l’équilibre et tomba de la bicyclette sur laquelle il était monté. Il roula sur la chaussée et on le transporta à l’hôpital Ste-Justine, où les médecins constatèrent qu’il avait le crâne fracturé.

Mlle Fernande Picard, âgée de 21 ans, domiciliée au 3285, rue Desautels, s’est infligé des coupures au cuir chevelu, vers 10 heures hier soir, dans une collision entre la bicyclette sur laquelle elle était montée et une automobile. L’accident est survenu non loin du domicile de la jeune fille, qui a été transportée à l’hôpital St-Luc.

(27 juillet 1938, journal Le Canada).

« Le dernier refuge de la pensée gnostique, ce sont les fantasmes de la schizophrénie. » (Susan Sontag, romancière américaine, née en 1933 et morte en 2004. A la rencontre d'Artaud).  Photo de Megan Jorgensen.
« Le dernier refuge de la pensée gnostique, ce sont les fantasmes de la schizophrénie. » (Susan Sontag, romancière américaine, née en 1933 et morte en 2004. A la rencontre d’Artaud). Photo de Megan Jorgensen.

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *