Histoire du Québec

Premier Hôtel du Parlement

Premier Hôtel du Parlement

Le premier Hôtel du Parlement

On termine le parlement d’avant les Rébellions

Dans les premières années qui suivent l’Acte d’Union, l’Hôtel du Parlement de Québec, délaissé par le gouvernement, sert d’hôtel de ville.

Lorsqu’en 1849, les députés décident qu’ils siégeront à Québec à compter de 1852, le département des Travaux publics s’empresse d’achever la construction de l’édifice tel que projeté en 1831. L’aile nord-est restante du vieux Palais épiscopal est démolie pour faire place à une nouvelle aile dessinée par l,architecte Pierre Gauvreau, élève de Thomas Baillairge, un célèbre architecte canadien.

En 1852, l’Hôtel du Parlement est terminé et les hommes politiques prennent possession du plus beau de tous les édifices parlementaires qu’ils aient occupés jusque-là. Certains observateurs affirment même que c’est le plus beau de l’Empire britannique.

L’incendie du parlement

Dans la froide nuit du 1er février 1854, un incendie se déclare dans la nouvelle aile nord-est et se propage à tout le bâtiment. Des élèves du Séminaire accourent et sauvent presque la moitié des dix-sept mille volumes de la bibliothèque du parlement. La Ville de Québec achètera la pierre provenant des ruines de l’édifice et l’utilisera pour la construction de la halle du marché Champlain où seront reconstituées les colonnes imposantes du portique.

La session s’approchant rapidement, il est alors décidé que l’Assemblée législative siègerait dans la chapelle en construction des sœurs de la Charité, ou sœurs grises. Charles Baillairge prépare les plans pour adapter les lieux. Mais dans la soirée du 3 mai 1854, alors que la plus grande partie des travaux est finie, le feu détruit la chapelle.

Le gouvernement loue alors l’Académie de musique de la rue Saint-Louis pour servir de salle de séances aux députés alors que les conseillers législatifs se réunissent au Palais de Justice, aussi situé rue Saint-Louis. L’Académie de musique avait été érigée en 1851 selon les plans de Baillairge. Elle sera détruite, elle aussi, en 1900, par les flammes. Quant au Palais de justice, il avait été construit de 1799 à 1804, d’après les plans de François Baillargé. On occupe ces locaus loués en 1854 et 1855.

Le parlement-bureau de poste

En 1859, on entreprend, toujours sur le site de l’ancien Palais épiscopal, la construction d’un Hôtel du Parlement temporaire d’après les plans de F.-P. Rubidge, ingénieur adjoint et architecte du département des Travaux publics. Il est convenu que l’édifice sera utilisé plus tard comme bureau de poste quand le Parlement du Canada-Uni ira s’établir à Ottawa.

Le parlement-bureau de poste est inauguré en 1860 par le prince de Galles, fils de la reine Victoria et futur roi Édouard VII. Dans ce parlement provisoire, qui n’a pas la grâce et la somptuosité du précédent, les députés s’y assemblent de 1860 à 1865. C’est aussi dans cet édifice que se réunissent en 1864 les délégués de la Conférence de Québec.

Premier Hôtel du Parlement

Premier Hôtel du Parlement

Cette lithographie de Saronv and Major, publiée à New York en 1852, montre l’Hôtel du Parlement enfin terminé. Il a fière allure avec sa colonnade et son dôme. Cependant, deux ans plus tard, l’édifice sera la proie des flammes, l’année même où Louis-Joseph Papineau quitta la politique.

Incendie du Parlement

Incendie du Parlement

Le feu, grand ennemi des villes au XIXe siècle, détruisait en 1854 le parlement et une partie de la bibliothèque reconstituée avec acharnement par Georges-Barthélemi Faribault après la destruction complète de la bibliothèque en 1849. Quelque peu désabusé, il prit sa retraite en 1855. Gravure de l’époque

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>