Histoire du Québec

Nourriture en conserve

Nourriture en conserve

Nourriture en conserve

La nourriture se met en conserve

1805 : Une révolution dans le domaine de l’alimentation ? Une nouvelle incroyable, annonçant une nouvelle civilisation, celle des aliments en conserves, parue dans un journal de l’époque.

Massy (DNC) – Sommes-nous en face d’une révolution dans le domaine de l’alimentation ? Nous serions portés à le croire. Un ancien confiseur et limonadier, Charles-Nicolas Appert, travaille présentement à mettre au point un nouveau procédé de conservation des aliments. Actuellement, un certain nombre de vaisseaux français ont dans leurs soutes des légumes et aliments conservés dans des vases hermétiquement fermés. Les équipages peuvent se nourrir de légumes presque frais.

On se rappelle que le Directoire avait offert, lors de la campagne d’Italie, la somme de 12,000 francs à celui qui proposerait « la meilleure méthode de conservation des aliments destinés « aux armées et à la marine ».

Actuellement, Appert, fort de l’appui du gastronome Grimod de La Reynière, a établi son usine à Massy, dans le Seine-et-Oise. On y prépare du consommé.

On met en conserve dans des bouteilles pois et haricots frais. Ferons-nous face bientôt à une nouvelle civilisation: celle des aliments en conserves?

Le Boréal Express, Montréal 1805, volume 5, numéro 1.

La vaisselle, service de traiteur

La vaisselle, service de traiteur

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>