Histoire du Québec

Mariage au XVIIe siècle

Mariage au XVIIe siècle

En Nouvelle-France, le sacrement du mariage est un événement de première importance.

Le mariage est régi par une législation très élaborée que le curé applique strictement:

L'âge légal pour contracter un mariage est de 14 ans pour les garçons, et de 12 ans pour les filles. Pas question d’en parler avant cet âge, mais à 12 ans, une fille peut devenir épouse et mère.

Les futurs époux doivent se soumettre à un examen prénuptial effectué par le curé de la paroisse.

Au cours du test, monsieur le curé pose des questions sur le mariage.

À ce propos, dans les années 1740, Mme Élisabeth Rocbert de la Morandière, dite Mme Bégon, raconte dans ses lettres à son «cher fils» l'anecdote suivante:

«Tu sais, ou ne sais point, que le curé doit avant d'administrer le sacrement du mariage savoir si les futurs époux sont instruits. Le curé de Québec, qui est un jeune homme venu cette année de France, homme très scrupuleux, questionna M. De Bonaventure qui lui répondit sur tout fort sagement. Après quoi, il le pria de faire entrer, comme il avait fait, dans la sacristie, Mlle La Ronde, à qui il demanda si elle savait ce que c'était que le sacrement du mariage. Elle lui répondit qu'elle n'en savait rien, mais que s'il était curieux, que dans quatre jours, elle lui en dirait des nouvelles. Le pauvre curé baissa la tête et la laissa là. Cette pointe a fait beaucoup rire».

Il y avait alors quatorze empêchements propres à rendre nul un mariage. En voici quelques-uns:

  • Défense est faite aux proches parents de se marier entre eux, et ce jusqu'au quatrième degré inclusivement.
  • Un veuf ne peut épouser un des parents de sa défunte épouse à cause des affinités qui ont existé entre les prétendants.
  • Un fiancé ne peut contracter mariage avec la mère, la soeur ou la fille de sa défunte femme.
  • Le curé n'a pas la permission de célébrer de mariage pendant l'avent et le Carême.
  • Les fiancés, jusqu'à l'âge de 30 ans pour le garçon, et de 25 ans pour la fille, même si elle est déjà veuve, sont tenus d'obtenir le consentement de leurs parents avant de se marier.

Toutefois, il est parfois possible de se passer de l'accord des parents en recourant au «mariage à la gaumine». Cette méthode doit son nom à un certain M. Gaumin, qui aurait imaginé la méthode en France. Il suffit pour les futurs conjoints de se rendre dans une église; pendant la célébration de la messe, prenant comme témoins les personnes présentes, ils n'ont qu'à déclarer à haute voix qu'ils se prennent mutuellement pour mari et femme.

(par Elba)

mariage en nouvelle france

Un mariage en Nouvelle-France. Illustration du roman de Paul Saunière, Monseigneur. Image du domaine public

3 Comments

  1. rebecca genevieve de la nouvelle-france nsas-nsas

    2013/04/23 at 12:15

    pour avoir la grâce du mariage par la bénédiction du card paul emile leger promoteur du cnrh la nation camerounaise reconnaissante 1971 requiem pour margaret thatcher et anniversaire de la reine Élisabeth II
    que sainte genevieve de la nouvelle-france sainte épouse du christ me prenne en pitié
    devenir une fille du roy et épouser un homme de race blanche
    la paix du christ

  2. Oudin Didier

    2014/03/05 at 10:34

    bonjour,

    Je vous envoie ce courriel parce que des homonymes de mes parents se sont mariés au Québec vers le 18 éme siècle.
    leurs noms respectifs sont Claude Oudin et Rosine Aubert.

    Merci de m’envoyer des éventuels résultats de
    vos recherches

    • Hélène Gariépy

      2015/07/04 at 6:32

      Bonjour,
      J’ai comme ancêtre Marie Oudi de, St-Merry, Paris, France qui a épousé François Gariépy le 13 août 1657. Elle était la fille de Antoine Oudin et Madeleine de La Russière.

      René Oudin, son frère, a immigré en Nouvelle-France quelques années plus tard.

      Se sont les seuls Oudin, selon mes recherches qui ont vécus en Nouvelle-France.

      Marie et François sont les ancêtres de tous les Gariépy d’Amérique.

      Si vous le désirez, donnez-moi votre adresse courriel et je vous inviterai pour consulter notre site familial Gariépy-Maurice

      Cordialement
      Hélène Gariépy

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>