Histoire du Québec

Les capitales du Canada

Les capitales du Canada

L’Acte d’Union et les capitales du Canada

L’Acte d’Union n’apporte d’abord rien de bon pour la ville de Québec qui perd son Hôtel du Parlement. Le gouverneur lord Sydenham, ne voulant déplaire aux habitants du Canada-Ouest, choisit Kingston pour y établir la capitale, étant donné la position centrale de cette petite ville entre Québec et Toronto. Mais les députés qui y siègent entre 1841 et 1843, se plaignent de cet emplacement – la petite ville offre peu d’avantages…

Il est alors décidé d’établir le gouvernement du Canada à Montréal, la ville la plus populeuse et la capitale économique des deux Canadas. On loge l’Assemblée législative en 1844 au marché Sainte-Anne, érigé en 1833 et agrandi en 1839.

Le 25 avril, lorsque lord Elgin sanctionne la loi votée pour indemniser les habitants du Bas-Canada qui ont subi des pertes au cours des Rébellions de 1837-1838, une foule d’émetteurs attaquent l’édifice et y mettent le feu. Les députés se réunissent ensuite au marché Bonsecours et au Free Masons Hall de Montréal.

Craignant les réactions de Montréalais, les députés décident de transférer le siège du gouvernement à Toronto jusqu’à 1851 et à Québec pour les quatre années suivantes. L’Assemble prie alors le gouverneur de convoquer alternativement le Parlement dans ces deux villes.

En 1855, une motion visant à faire de Québec la capitale permanente est défaite. « A l’automne de 1855, le Parlement s’installe à Toronto, et le débat reprend. Le 16 avril 1856, les députés du Bas-Canada s’unissent et obtiennent que Québec soit la capitale permanente à compter de 1859. Mais le Conseil législatif refuse de voter les crédits nécessaires à la construction d’édifices parlementaires.

Pour dénouer l’impasse, le gouvernement du Canada-Uni prie la reine Victoria en 1857 de choisir elle-même le site de la capitale du pays. À la surprise de la population, la reine, à qui le gouverneur avait fourni quelques conseils, choisit une petite ville forestière de l’Outaouais, Bytown, aujourd’hui Ottawa. Pour apaiser les Québécois offusqués, le gouverneur propose en 1859 d’établir temporairement le siège du gouvernement à Québec.

La ville de Québec devient donc la capitale provisoire de 1860 à 1865. En 1866, Ottawa devient la dernière capitale du Canada-Uni et en 1867, elle est proclamée capitale du Canada.

De 1841 à 1867, le Parlement du Canada-Uni a donc siégé dans cinq villes différentes et déménagé neuf fois, en comptant les déplacements causés par des incendies.

Incendie du parlement à Montréal

Incendie du parlement à Montréal

Un cri terrible court à Montréal dans la nuit du 25 au 26 avril 1849 : « Le parlement brûle! » Des émetteurs de langue anglaise en colère contre le gouvernement et lord Elgin ont mis le feu au marché Sainte-Anne dont l’étage supérieur était occupé par la Chambre d’Assemblée. La même année, Montréal perd son titre de capitale. Gravure de l’époque

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>