Histoire du Québec

Hurons et Ursulines

Hurons et Ursulines

Hurons et Ursulines

D'après Pierre-Georges Roy, Toutes Petites Choses du Régime français, 1944. 

Le 30 décembre 1650, le monastère des Ursulines de Québec était presque entièrement détruit par le feu. L'incendie se déclara pendant la nuit et par une température très froide. Les religieuses et leurs pensionnaires, canadiens comme Amérindiens, se sauvèrent en vêtements de nuit et très peu de choses échappèrent à la destruction. La perte était considérable pour les Ursulines qui venaient d'édifier leur monastère avec tant de peine.

Elles se retirèrent pour le reste de la nuit au collège des Jésuites puis, le lendemain de la catastrophe, se rendirent à l'Hôtel-Dieu où les Hospitalières les reçurent comme des soeurs.

Dans leur malheur, les Ursulines eurent la sympathie de toute la population de Québec. Chacun voulut faire sa part pour les aider dans la grande affliction que Dieu leur envoyait. Les bourgades huronnes avaient été détruites quelques mois auparavant par les Iroquois et les restes de cette nation autrefois si puissante s'étaient retirés à Québec. Les Hurons vivaient dans des huttes installées à l'intérieur de la ville, près des bâtiments de l'Hôtel-Dieu.

Les Hurons, dénués de tout, ne subsistaient que par la charité publique et surtout par les secours que leur donnaient les Ursulines et les Hospitalières. Le désastre des Ursulines toucha profondément les Enfants des bois. Il y avait souvent plus de sensibilité et de reconnaissance dans un coeur «sauvage» que dans un coeur français ou canadien.

Les Hurons se réunirent sous la direction de leur chef Taïraronk. Ils n'avaient que leurs sympathies à offrir à leurs amies ursulines, mais chez eux, les délibérations étaient toujours longues. Chaque chef ou sous-chef y allait de son discours. Finalement, on trouva dans une hutte deux colliers de porcelaine échappés à l'attaque des Iroquois et on décide de les offrir aux Ursulines éprouvées. Toute la tribu se rendit à l'Hôtel-Dieu et c'est le chef Taïraronk qui parla au nom des siens. Son discours nous a été conservé par la Relation des Jésuites de 1651.

Voici le début du discours du chef Tairaronk :

"Vous voyez, saintes filles, de pauvres cadavres, les restes d'une nation qui a été florissante et qui n'est plus. Au pays des Hurons nous avons été dévorés et rongés jusqu'aux os par la guerre et par la famine. Ces cadavres, ne se tiennent debout que parce que vous les soutenez.

Vous l'aviez appris par des lettres et maintenant vous le voyez de vos yeux, à quelle extrémité de misère nous sommes réduits. Regardez-nous de tous côtés, et voyez, considérez s'il y a rien en nous qui ne nous oblige de pleurer sur nous-mêmes et de verser sans cesse des torrents de larmes.

Hélas! ce funeste accident qui vous est arrivé va renouveler tous nos maux, et faire couler encore nos larmes qui commençaient à se tarir! Avoir vu brûler cette belle maison de Jésus, avoir vu réduire en cendres cette maison de charité, y avoir vu régner le feu sans respecter vos personnes, saintes filles qui l'habitiez !

C'est ce qui fait ressouvenir de l'incendie universel de toutes nos maisons, de toutes nos bourgades et toutes nos patries! Faut-il donc que le feu nous suive ainsi partout? Pleurons, mes chères compatriotes, pleurons nos misères…"

hurons et ursulines jeune lorette

Hurons et Ursulines. Des Hurons de Jeune-Lorette, vers 1745. En 1697, les Hurons s'établissent au village de la Jeune-Lorette, aujourd'hui Wendake qui est une réserve huronne-wendate du Québec. Source de l'image : John Richard Coke Smyth. Aucune licence nécessaire, l'image fait partie du domaine public.

Voir aussi :

1 commentaire

  1. LOUISE GAUTHIER

    2014/05/27 at 4:50

    L’HISTOIRE EST TOUJOURS INTERESSANTE.

    MERCI. JE SUIS UNE GAUTHIER DE VARENNES, DESCENDANTE DE CES PREMIER GAUTHIER DEVARENNES, NES A SILLERY, QUE.

    LOUISE

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>