Histoire du Québec

Histoire de l’odontologie

Histoire de l’odontologie

Histoire de l’odontologie

L’histoire de l’odontologie remonte à l’Égypte ancien, où un texte gravé sur un papyrus vers 2000 ans avant Jésus-Christ et considéré comme le plus ancien document médical existant décrivant les traitements dentaires connus aux Égyptiens. En Babylonie, le Code d’Hammourabi fait référence à des frais concernant le traitement dentaire. Ensuite, en Grèce antique, ainsi qu’à Rome, de nombreux récits décrivent les maladies dentaires. C’est Claude Galien, un médecin grec de l’Antiquité qui est le premier à décrire l’anatomie de la bouche, les vaisseaux composant les dents et les nerfs.

C’est également dans l’Antiquité que l’hygiène dentaire est née et la brosse à dents apparaît. À Rome antique, on pratique les obturations des dents et on remplace les dents extraites par des dents en ivoire ou en os qu’on fixe par des rubans aux dents adjacentes.

Plus tard, au Moyen Âge, c’est l’Église qui prend le monopole de la dentisterie et ce sont les moines qui jouent le rôle des dentistes. Avec l’avènement de la Renaissance, les barbiers prennent la relève, mais le rôle de la science se consolide peu à peu. Léonard de Vinci est le premier à classer les dents et André Vésale, le médecin de Charles Quint et de Philippe II d’Espagne, décrit la cavité pulpaire. Ensuite, vers la fin du XVIe siècle, Bartolomeo Eustachi publie le premier manuel de l’odontologie des dents.

Au Canada, les soins dentaires sont évoqués pour la première fois dans les récits du navigateur Jacques Cartier, le découvreur du Canada. En effet, lors de son second voyage, en 1535, Cartier hiverne avec son équipage sur les bords du Saint-Laurent. Privés de vitamines, les marins souffrent du scorbut, une maladie mortelle qui entraîne la perte de leurs dents puis cause la mort. Les survivants doivent leur guérison aux Hurons qui font boire aux marins des décoctions d’écorces de conifères riches en vitamine C.

Cependant, la pratique de l’odontologie moderne commence en 1728, avec la parution de l’ouvrage Le Chirurgien dentiste ou Traité des dents, de Pierre Fauchard qui décrit en détail le plombage des dents, les bains de bouche, l’utilisation de la fraise pour tailler les dents et la pose de dents artificielles, même s’il faudra attendre le XXe siècle pour le développement de vrais outils.

Les premiers cours d’odontologie sont donnés dès 1807 par Carl Ringelmann à Nuremberg, mais la première école spécialisée est ouverte en 1839 à Baltimore, dans l’État du Maryland, aux États-Unis.

Au Canada, l’Association dentaire de l’Ontario, la toute première association professionnelle canadienne est créée par un groupe de dentistes, le 2 juillet 1867, sous la direction du Dr Barnabas Day afin de développer les études de la médecine buccale et de réglementer la pratique des dentistes par une loi. En 1869, c’est le tour de l’Association des chirurgiens dentistes de la province de Québec de voir le jour et de commencer la réglementation de la pratique professionnelle et des programmes d’études.

À l’aube du XXe siècle, l’Association des Dentistes canadiennes voit le jour à Montréal, où son premier congrès est tenu du 16 au 18 septembre 1902 sous la direction du Dr. Eudore Dubeau. Quelque 350 dentistes participent à cette rencontre de trois jours. Dès 1902 donc, l’ADC veille sur la santé dentaire des Canadiens. Cette association n’a cessé depuis sa fondation de transmettre un grand nombre de messages sur la santé buccodentaire par le biais d’articles dans la presse, de brochures, de plaquettes et d’autres documents. Au fil des années, l’ADC a aussi joué un rôle capital dans le développement des régimes dentaires offerts aux Canadiens.

Aujourd’hui, l’odontologie canadienne jouit d’un haut prestige au niveau mondial. Vous pouvez avoir recours aux services d’un bon dentiste dans une grande ville et dans un petit village, et les quartiers historiques du Québec, tels le plateau Mont-Royal ne se limitent pas aux boutiques de mode et aux galeries d’art, sinon offrent une vaste gamme de soins dentaires, un dentiste Plateau Mont-Royal ayant plus importance qu’un artiste de mode ou un guru de yoga.

Sourire

Un sourire

« Savoir sourire : quelle force d’apaisement, force de douceur, de calme, force de rayonnement ! » (Guy de Larigaudie, écrivain français né en 1908 et décédé en 1940). Illustration : Megan Jorgensen

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>