Histoire du Québec

Le Griffon

Le Griffon

Le Griffon

Parmi les exploits bien connus de l’explorateur René-Robert Cavelier de La Salle, on distingue la construction du tout premier bateau appartenant à des colons Européens qui a navigué sur les Grands Lacs.

En effet, en 1678, Cavelier de La Salle conduit vers les Grands Lacs une trentaine d’hommes, dont le père récollet Louis Hennepin. L’expédition se rend vers les Chutes du Niagara, et c’est d’ailleurs le père Hennepin qui est le premier à décrire et dessiner les chutes du Niagara.

Au pied des chutes, les Français élèvent les murs du fort Conti (connu également comme le fort Niagara). Ils construisent aussi un brigantin, navire qu’ils baptisent Le Griffon en l’honneur du comte de Frontenac, gouverneur de la Nouvelle-France, dont trois pattes de griffon d’or ornent les armoiries.

Le voilier est destiné à explorer les rives des lacs. Il jauge environ 40 tonneaux et porte cinq petits canons. Son maître constructeur est Moïse Hillaret.

C’est le 7 août 1679 que Le Griffon entame son premier voyage. Le vaisseau parcourt le Niagara, puis vogue sur le lac Érie. Il navigue sur la rivière Détroit, puis sur le lac et la rivière Sainte-Claire, où il arrive le 12 août (c’est le jour de la fête de Sainte-Claire et c’est pourquoi Cavelier de La Salle baptise la rivière et le lac du nom de cette sainte). Puis il traverse le lac Huron pour entrer sur le lac Michigan en passant par les détroits de Michillimakinac.

lac erie lake

Photo : GrandQuebec.com

Ensuite, Cavelier de La Salle fait charger le navire d’une quantité considérable de fourrures et le renvoie au poste de Niagara vers la fin du mois d’août. Cinq ou six hommes sont à bord (nous ignorons le nombre exact des membres de l’équipage). Cependant, le Griffon n’arrivera jamais à destination.

Quelques siècles plus tard, en septembre 1930, on trouva les squelettes de six hommes dans une caverne de l’île de Manitoulin, sur le lac Huron. À peu de distance, reposant au fond du lac, se trouvait la coque d’un petit bateau. Toutefois, plusieurs navires ont sombré dans ces lieux au cours des siècles, et on n’a pas pu prouver qu’il s’agissait de l’épave du Griffon. Un autre candidat a été trouvé près de la ville d’Escanaba, dans l’État du Michigan, mais là encore, sans que son identification puisse être faite avec certitude.

En tout cas, le Griffon a été le premier d’une longue liste comprenant des centaines, voire des milliers de bateaux qui ont disparu au fond des grands lacs.

Pour compléter la lecture :

1 commentaire

  1. Yves Chartier

    2012/02/04 at 5:18

    Un de mes lointains ancêtre, Martin Chartier (1655-1719), explorateur pionnier de la Pennsylvanie, a travaillé comme charpentier à la construction du Griffon, sur l’île Cayuga (État de New York, au-dessus du Niagara) à l’hiver 1679. Comme Cavelier de La Salle ne payait ses hommes qu’en promesses, Martin Chartier, avec 5 ou 6 compagnons, s’enfuit du chantier en emportant une partie des provisions… Il trouva refuge dans une tribu d’Indiens Chaouanons (Shawnees, en anglais) près de ce qui est aujourd’hui Pittsburgh et épousa une « princesse » amérindienne (soeur ou fille du « grand chef ») à l’intérieur de cete tribu, dont il fut l’interprète et le négociateur auprès des autorités britanniques de Philadelphie. Son fils Pierre lui succéda sur ses terres à Columbia (Washington County, en bas de Three Mile Island), d’où postérité jusqu’à nos jours. Un petit monument (« marker ») a été élevé en 1925 à la mémoire de Martin et de Pierre à l’endroit même où se situait sa terre, accaparée par la suite par des colons d’origine allemande. Ce monument peut être vu sur la Toile en « googlant » Martin Chartier+marker.
    A partir de tous les documents que j’ai pu rassembler, j’ai rédigé une petite biographie de Martin Chartier qui sera disponible éventuellement sur la Toile.
    3.II.2012

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>