Histoire du Québec

Explosion à Beloeil

Explosion à Beloeil

Affreuse explosion à Beloeil

Beloeil. – Le coquet village de Beloeil, qui a déjà été si cruellement éprouvé dans le passé, du fait des cruels accidents survenus à la poudrerie de la Canadian Explosifs Limited, vient d’être de nouveau affligé par une catastrophe épouvantable. L’émoi et la consternation règnent parmi la population ou les deuils anciens sont avivés par les deuils nouveaux qui viennent de se produire.

C’est vers 6 heures, ce matin (6 juillet 1915) qu’est survenu le malheur. Les malheureux qui ont été frappés travaillaient dans le pavillon de la cordite, qui a été complétement détruit. Autant qu’on a pu le savoir par les récits des survivants, dont les souvenirs sont naturellement confus et imprécis, tant la chose s’est passé rapidement et tant le sauve-qui-peut a été rapide, c’est la machine à couper la cordite qui a occasionné le malheur par une défectuosité dont on ne peut dire exactement la nature.

Tout à coup, une flamme a jailli de la machine. Elle a grandi démesurément, a tout envahi, tout enveloppé dans son étreinte mortelle. Des cris terribles ont été entendus, les travailleurs se sont rués au dehors, à travers le rideau de feu. En un rien de temps, tout était fini : six morts gisaient calcinés; neuf travailleurs se tordaient dans les affres de la douleur, plus ou moins gravement atteints.

L’explosion n’a pas été forte : on n’a rien entendu au village. La poudrière est exactement à un mille et demi de la gare.

Parmi les morts et les blessés se trouvent plusieurs jeunes filles et on compte aussi parmi eux un couple d’officiers importants de la compagnie, de sorte que les pertes sont senties non seulement par la population, mais elles affectent en même temps beaucoup de compagnie.

Six malheureux manquent à l’appel. Ces malheureux sont encore ensevelis sous les débris de l’édifice. Huit des blessés ont été amenés à Montréal et transportés à l’hôpital Général. Le train qui amena ces infortunés, la plupart d’entre eux portant d’affreuses blessures, est entré en gare Bonaventure un peu après-midi.

La nouvelle de la catastrophe

À l’arrivée de la première personne portant la triste nouvelle, a commencé une course folle vers les bâtiments de la poudrerie. Deux cents personnes environ travaillent là et on conçoit le nombre des parents et d’amis qui étaient anxieux de se renseigner sur leur sort. Comme toujours en pareille occasion, les premières nouvelles n’étaient pas précises, de sorte que chacun se demandait avec angoisse quel était l’être cher qui pouvait être disparu. Avant de s’abattre définitivement sur les quelque douze ou quinze foyers qu’il a atteints, le malheur a plané au-dessus de tous et a répandu sur tous son ombre lugubre.

Les morts sont les suivants : J. Murray Wilson, gérant général de la division de chimie de la compagnie; Helmer Brown, surintendant du département de la cordite, à Beloiel; Raoul Favreau, 36 ans, marié et père de cinq enfants; Beloeil Station; Dick Meyer, 19 ans, célibataire, Beloeil Station; Mlle Maria William, 30 ans, Beloeil Station; Mlle Berthe Blain, 19 ans, village de Beloeil. Dans les heures suivantes, Henri Chicoine, 40 ans, marié et « père de plusieurs enfants », ainsi que H.C.Schoch, 28 ans, devaient succomber à leurs blessures.

(C’est passé le 6 juillet 1915).

vieux moulin de beloiel

Le Vieux Moulin de Beloeil, source de l’image : Société d’histoire de Beloil-Mont-Saint-Hilaire

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>