Histoire du Québec

Éducation au XIXe siècle

Éducation au XIXe siècle

Éducation au XIXe siècle

La situation dans le domaine de l’éducation, dans le Bas-Canada, était plutôt catastrophique jusqu’au milieu du XIXe  siècle. En effet, l’Église guidée par les craintes du clergé, bloquait systématiquement toute reforme qui risquerait de lui en faire perdre le monopole sur les âmes.

Seulement 3% environ des enfants âgés entre cinq et quatorze ans étaient inscrits dans 800 établissements scolaires du pays.

Il a eu pourtant plusieurs tentatives infructueuses de créer un système d’écoles primaires efficace, et ça malgré les craintes du clergé. Finalement, en 1841, la loi de l’Instruction publique a été adoptée. Conformément à la loi, un surintendant était nommé, des commissions scolaires étaient créées et des écoles étaient construites grâce aux subventions gouvernementales.

La situation s’améliore à partir de la Confédération canadienne en 1867. Désormais, les provinces ont la pleine responsabilité en matière d’éducation.

Parallèlement au réseau public d’enseignement se développe le réseau de collèges classiques rattachés aux communautés religieuses oeuvrant dans le Bas-Canada.

Fondé en 1821, l'Université McGill, première université à Montréal, institution protestante, dispense un enseignement en anglais et le 8 décembre 1852, une première université catholique française s’ouvre à Québec: l’Université Laval, inaugurée grâce à une charte, octroyée par la reine Victoria.

Étant donné que seule une institution protestante anglaise est en activité et qu’elle attire la plupart des étudiants canadiens-français, Mgr Bourget envisage la création d’une université catholique francophone à Montréal. Mais le Vatican rejette le projet de l’archevêque de Montréal. Au fait, l’Université Laval combat farouchement le projet, parce que cette université veux maintenir son exclusivité. Une guerre sans merci commence alors entre monseigneur Bourget et monseigneur Elzéar-Alexandre Taschereau, archevêque de Québec et recteur de l’Université Laval. C’est en 1876 que Rome décide d’ouvrir à Montréal une annexe de l’Université Laval, mais cette décision est loin de faire l’unanimité.

En 1868, le premier ministre de la province de Québec, Pierre-Joseph-Olivier Chauveau, qui avait été surintendant de l’instruction publique pendant douze ans, crée le ministre de l’Instruction publique. Il introduit le principe de la confessionnalité dans le système d’enseignement. Les conservateurs ne tardent pas à réagir contre pareilles réformes.

En 1875 donc, avec la bénédiction de l’Église, le ministère de l’Instruction publique est supprimé et tout responsabilité en matière d’enseignement est confiée aux deux comités confessionnels du Conseil de l’instruction publique. Même les réformes du premier ministre Honoré Mercier qui visent à rendre l’instruction obligatoire, se buttent à la réaction négative ecclésiastique.

ecole de rang

Une école canadienne typique au XIXe siècle, reconstitution du Musée des civilisations. Photo : © Grandquébec.com

 Voir aussi :

1 commentaire

  1. fgnfgh

    2016/10/30 at 4:06

    jdois faire une recherche sur l’éducation au quebec de 1850 a 1920 mon sujet c la vie d’une institutrice et les différents niveaux d’éducation donc si vous avez des informations dite les moi svp

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>