Histoire du Québec

Défaite des Anglais en 1711

Défaite des Anglais en 1711

Expédition Walker : Défaite des Anglais en 1711

Sort cauchemardesque de la flotte anglaise

Voici comment a échoué une tentative d’invasion anglaise, dont l’échec est dû non aux exploits des armes françaises, mais à une série d'accidents. 

Voici comment la sœur Marie Morin décrit cet assaut à Québec :

«C'est avec bien du plaisir, que je fais ici quelques remarques sur ce qui arriva quand les Anglais firent un second effort pour se rendre maîtres du Canada par la force de leurs armes.

Pour cela, ils envoyèrent 14 à 15 mille hommes fort bien équipés de toutes munitions tant pour les armes que pour les vivres, avec de bons navires de ligne capables d'attaquer et de se défendre pour assiéger la ville de Kebec (Québec), capitale de toute la Nouvelle-France, du côté de la mer en bas, et par en haut, une autre armée de trois mille hommes pour venir fondre sur la Ville Marie, le poste plus avancé et exposé aux coups de nos ennemis, mais aussi la plus forte par la protection que la très digne mère de Dieu a pour tous les habitants de cette ville, qui est consacrée dès son commencement, et sur laquelle ils fondent leurs espérances, comme je le dirai plus bas.

(Commentaire de GrandQuebec.com : en effet, l'amiral anglais Walker dispose d'une flotte de près de 90 navires et de 12000 marins et soldats qui assiègent Québec. Le général Nicholson qui avance du sud vers Montréal dispose de 3000 soldats anglais et de 700 Iroquois. Du côté français, on trouve environ 5000 hommes).

Monsieur de Vaudreuil, Gouverneur général, fut averti de la cour du dessin des Englois afin qu'il se mit en état de leur résister. Il le fut encore par l'Acadie, Plaisance et l'île Percée, du côté du bas, et par en haut par les Sauvages, nos amis, en sorte qu'il n'en douta point.

Profitant de ces lumières et avis, il fit travailler incessamment a fortifier la ville de Kebec et donna des ordres pour la conservation des côtés et bourgades d'alentour, avec beaucoup de sagesse prudence, et cela dès le commencement du printemps de l'année 1711, c'est a dire au mois d'avril ou vers la fin de mars.

Monsieur de Ramezay, Gouverneur de Ville Marie, ne manqua aussi, de sa part, à donner des ordres a tous les habitants d'alentour et dans tout son gouvernement de se tenir sur leurs gardes et prêts à partir pour aller au devant des ennemis aussi tôt qu'il les saurait en marche pour venir à nous, et cela à pied au travers des bois.

Il envoya incessamment des découvreurs du côté de l'Angleterre pour s'assurer si leur armée était en marche. Pendant 4 mois, on fut en mouvement continuel, du moins les hommes, à cause qu'on avait été averti que l'armée d'an bas assiégèrent Kebec au plus tard vers la mi juillet et que celle d'en haut donnerait sur Montréal ou Ville Marie en même temps, de concert.

Et ce qui faisait plus de peine, c'est qu'on savait que plusieurs nations sauvages des plus guerrières s'étaient mis de leur côté et avaient laissé la hache sur le François, a leur sollicitation, qu'on redoutait davantage que tous les Englois a cause de leur cruauté.

(Commentaire de GrandQuebec.com : Walker quitte Boston pour se diriger vers Québec le 30 juillet).

Vers la mi-septembre 1711, Monsieur de Vaudreuil fut averti par les découvreurs du côté de la mer que l'armée anglaise était à 80 lieues de Kebec. Il envoya aussitôt ses ordres pour faire descendre les hommes de Ville Marie a Kebec et des autres côtés, pour défendre la capitale.

On travaillait incessamment à se préparer au combat à Kebec où devaient aborder les navires chargés de 15 mille hommes combattants, sans y comprendre quantité de familles et autres personnes pour s'établir dans le Canada, qui faisaient bon nombre.

Jour et nuit, on était sur ses gardes en travaillant.

Dans ces attentes, il s'éleva un vent de nord-est fort impétueux qui fit arriver à Kebec un gros navire de Roy, nommé «le Héros», qui avait passé au milieu de l'armée anglaise sans s'apercevoir l'un l'autre, qui était a l'Isle aux Œufs, et qui brisa en même temps plusieurs navires de nos ennemis contre les rochers, en sorte que plus de 4 mille hommes se noyèrent. On a trouvé leurs corps flottants sur le bordage de la mer à cet endroit.

Cet accident mit la terreur dans l'armée anglaise. Tous prirent le chemin de Boston d'où ils étaient sortis et perdirent le désir de prendre le Canada, disant que Dieu était contre eux.

En y arrivant, deux de leurs plus grands vaisseaux brûlèrent au port sans qu'on les put sauver. Quelques uns de nos François, qui étaient là prisonniers, le virent et l'ont rapporté.»

(Commentaire de GrandQuebec.com : Le 18 août 1711, la flotte de Walker se trouvait à l'entrée du Saint-Laurent. Un vent violent se lève. Une épaisse brume descend. La flotte anglaise est entraînée du côté nord jusqu'à l'Ile-aux-Œufs. La nuit du 22 août, sept transports et un navire de ravitaillement s'échouent. Près de 900 personnes meurent noyées, et non 4 mille comme le dit sœur Marie Morin.

Après deux jours, Walker décide de retourner à Boston. Il perd encore quatre bateaux à la hauteur du Cap-Breton. À l’entrée de Portsmouth, le vaisseau amiral explose pour une cause inconnue avec plus de 400 hommes à son bord.)

carte géographique

Endroit, marqué en rouge, où a échoué la flotte anglaise en 1711. Carte géographie de l'époque (du domaine public)

Pour compléter la lecture :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>