Histoire du Québec

Le dirigeable R-100

Le dirigeable R-100

Le dirigeable R-100

La venue du ballon dirigeable R-100 frappa l’imagination

Si on convient que la première visite au Canada du dirigeable britannique R-100, en août 1930, fut historique, elle fut aussi un événement populaire.

Au terme d’une traversée transatlantique marquée de péripéties qui avaient fait craindre le pire, le dirigeable britannique R-100 arrivait à Montréal le 1er août 1930 et s’amarrait au mât de l’aérodrome de Saint-Hubert, sur la rive sud.

Le R-100 avait quitté la tour de Cardington trois jours plus tôt, le 29 juillet, avec 44 passagers à bord.

L venue de l’énorme appareil avait frappé l’imagination des gens, accourus par milliers à Saint-Hubert, où le dirigeable fut amarré pendant une semaine. La Bolduc avait même composé une chanson célébrant le passage ici de l’aérostat.

Ceux qui ont pu admirer l’engin se balançant accroché à une tour construite pour l’occasion en ont gardé un souvenir émerveillé et encore très précis, 62 ans plus tard.

La tour avait coûté un million de dollars pour une utilisation d’une semaine. On était scandalisé par le coût, en pleine crise. Mais, c’était un événement, à l’époque, un dirigeable, on pensait que c’était la trouvaille du siècle.

Qu’est-il advenu du mât? Construit en 1928 sous le contrôle du gouvernement britannique, ce mât de 300 pieds de hauteur et muni d’un ascenseur fut démoli à la dynamite peu avant la Deuxième guerre mondiale, parce qu’on se préparait à établir à Saint-Hubert une base de l’Armée de l’air canadienne.

Le R-100 arriva à Saint-Hubert, le vendredi 1er août 1930, après un voyage mouvementé. Parti de Cardington, en Grande-Bretagne, le R-100 mit seulement 78 heures et 51 minutes à atteindre Saint-Hubert, alors que le ZR-3 allemand avait mis 81 heures, en 1924.

Pour les amateurs de statistiques, précisons que le dirigeable mesurait 133 pieds de hauteur, et avait un diamètre de 133 pieds également. La superficie des ailerons équivalait à 11 400 pi2. Il avait une capacité de cinq millions de pi3 d’hélium, et dans des conditions normales, sa massa pesait 156 tonnes.

dirigeable r-100

Ballon dirigeable R-100 à l’aéroport de Saint-Hubert le 1er août 1930. Photographie de l’époque

Pour compléter la lecture :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>