Histoire du Québec

Bataille des Plaines d’Abraham

Bataille des Plaines d’Abraham

La bataille des Plaines d'Abraham

Le sort de la Nouvelle-France fut scellé lors de la bataille des Plaines d'Abraham entre les armées françaises et anglaises, le 13 septembre 1759.

Au cours de l'été 1759, l'Angleterre entreprend, pour la quatrième fois de l'histoire de la Nouvelle-France, le siège de Québec. La colonie française, après plusieurs années de guerre, est en mauvaise posture. Les Grands Lacs, la vallée du Richelieu et le lac Champlain sont déjà perdus, et la forteresse de Louisbourg est tombée en 1758.

À partir de juin 1759, une flotte de près de 150 vaisseaux et de 40 000 hommes assiège Québec. Un premier débarquement est tenté à l'ouest de la rivière Montmorency, mais il est repoussé par Lévis. L'armée anglaise prend alors position sur l'île d'Orléans et dans les alentours. Québec est ensuite bombardée et les villages environnants tombent les uns après les autres.

Dans la nuit du 12 au 13 septembre, près de 4 000 hommes, dirigés par le général Wolfe, réussissent à atteindre les hauteurs de Québec en empruntant un sentier situé aux environs actuels de la côte Gilmour.

Les gardes français, qui s'attendent à l'arrivée d'un convoi de vivres, ne réagissent pas. En fait, l'envoi de ravitaillement avait été annulé, mais les sentinelles n'avaient pas été averties de ce changement.

Le général de Montcalm, qui passe la nuit à Beauport, à quelques kilomètres à l'est de la ville, est aussitôt prévenu du débarquement. Il gagne rapidement Québec sans attendre les troupes de Bougainville, restées à Cap-Rouge. Ayant laissé 1 500 hommes à Beauport, le marquis de Montcalm s'engage dans le combat avec environ 4 000 hommes.

Les armées anglaises prennent position près de l'ancienne prison, située sur le chemin Sainte-Foy, tandis que les Français occupent un emplacement qui se trouverait actuellement entre les tours Martello 1 et 2.

L'affrontement, qui dure de vingt à trente minutes, a lieu aux environs de l'actuelle rue Cartier.

Le combat du côté français est mal engagé. Il n'y a pas de cohésion entre les soldats français et les miliciens canadiens, et les rangs sont vite rompus. À portée de fusil, les Anglais font feu et stoppent l'avance française; Montcalm, mortellement blessé, est ramené à l'intérieur de la ville. Il y meurt le lendemain après avoir établi les arrangements concernant la fin du siège et la capitulation de la ville.

Quant au général vainqueur, James Wolfe, il est également touché mortellement. Il s'écrit avant de mourir, apprenant la victoire de ses compatriotes: «Je meurs content».

La bataille des Plaines d'Abraham

Vue de la Bataille des Plaines d'Abraham, par Laurie and Whittle, 1759, gravure du domaine public

Au total, près de 300 Français et Canadiens perdent la vie au cours du combat. Les pertes des Anglais s’élèvent à 60 soldats.

L'armée française se retire à quelques kilomètres de la ville afin de se réorganiser. Le 18 septembre, M. de Ramezay, maire de la ville, capitule à la demande des habitants de Québec et des officiers demeurés sur place.

Le chevalier de Lévis, qui était à Montréal, s’écria en apprenant la nouvelle: «On n'abandonne pas dix lieux de pays pour une bataille perdue.»

Mais la capitulation de la capitale sera bientôt suivie par celle de l'ensemble de la colonie.

 Voir aussi : 

11 Comments

  1. caroline

    2010/09/28 at 3:35

    Je comprends rien!!!

  2. Emilie Vernon

    2010/11/07 at 10:17

    Quel etait la duree de la guerre? 1 ans?

  3. jerome vallerand

    2010/11/10 at 2:27

    très bien écrit mon homme

  4. jerome vallerand

    2010/11/10 at 2:32

    très bien écrit mon homme Bravo!!! 8====()

  5. jacob

    2010/12/20 at 9:48

    ben vyon dont il est marquer dans le texte emelie

  6. Quelqu'un

    2011/03/23 at 4:00

    cette guerre a durée 15-30 minutes, ce n’étais pas ben long :s

  7. admin

    2011/03/23 at 4:20

    Hum… la bataille a duré de 15 à 30 minutes. La différence entre « une guerre » et « une bataille » est énorme, voyons…

  8. JOS BINE

    2011/09/13 at 2:50

    le pays étais diriger par des incompétents à ce moment là –esque ça vraiment changer aujourd’hui ??????? quand on voie la discorde qui y reigne —– ……… peut ètre que les musulments imigrant ici feront mieux —- ils ont tout de mème 3 à 4 milles ans d’experience de plus que nous dans le domaine de la civilisation EUX !!!!!!!!

  9. Jean-Pierre Pineault

    2011/09/13 at 7:25

    Je pense que cette bataille n’était tout simplement qu’une prise de possession en raison du traité de Paris. La France avait abandonné la colonie car elle était en guerre avec l’Angleterre et on a été échangé pour des îles du sud pour l’accès à la molasse…..ou au sucre.

  10. Jean-Pierre

    2011/09/13 at 8:30

    La bataille des Plaines d’Abraham à durée moins de trente minute. Cette guerre se nomme la Guerre de 7 ans. Durant laquelle les français ont repoussé les troupes anglaises durant cette 7 années.

  11. André

    2013/08/31 at 7:24

    Bonjour,
    La bataille des plaines à Québec na rien changer dans l’immédias.
    Le changement a eu lieu au traité de paris qui mettais fin à la guerre de 7 ans.
    C’est à se moment-là que la france nous abandonne pour la Martinique et d’autres iles dans les environs.
    Voilà la raisons du : Je me souviens.
    Nous passons d’une Monerchie à l’autre, les deux à fleurs de lys.
    Grâce à la france nous ne sommes pas un Don-ton.
    André

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Plus dans Histoire du Québec

  • Érotisme au Québec

    Érotisme au Québec Depuis les temps de la Nouvelle-France et jusqu’au début du XXe siècle, le Québec est perçu comme une société traditionnelle, la culture dite « du terroir » où rien ne bouge du point de vue de la modernisation des mœurs. Les transformations majeures viennent à partir de la Première...

  • Tricentenaire de Québec

    Les fêtes du tricentenaire de Québec C’est en juillet 1908 que la ville de Québec fête son grand anniversaire, à l’occasion du tricentenaire de sa fondation. Les célébrations s’étendent du 19 au 31 juillet, surtout centrées sur l’histoire militaire dela ville en présence du Prince de Galles, le futur roi Georges V....

  • Historique du notariat

    Historique du notariat au Québec Un spécialiste du droit dans les pays de droit romano-civiliste, le notaire est juriste de droit privé et officier public, chargé d’instrumenter les actes juridiques civils. La profession de notaire remonte à l’époque de Rome antique. En France, les capitulaires de Charlemagne de 803 et 805 tentent...

  • Histoire de l’odontologie

    Histoire de l’odontologie L’histoire de l’odontologie remonte à l’Égypte ancien, où un texte gravé sur un papyrus vers 2000 ans avant Jésus-Christ et considéré comme le plus ancien document médical existant décrivant les traitements dentaires connus aux Égyptiens. En Babylonie, le Code d’Hammourabi fait référence à des frais concernant le traitement dentaire....

  • Dans un nouveau Dominion

    Dans un nouveau Dominion Vers le début des années soixante du XIXe siècle, le Canada-Uni s’est avère ingouvernable. La multiplicité des factions politiques ne pouvait assurer une majorité stable. La création de nouvelles structures fédérales et provinciales aux pouvoirs partagés apparaît être la solution. L’Acte de l’Amérique du Nord britannique, la nouvelle...

  • Jour du déménagement

    Jour du déménagement au Québec La fièvre du déménagement, ce terme « médical » colle très bien à ceux qui changent de domicile chaque 1er juillet ou dans les jours qui précèdent ou suivent cette date au Québec, qu’il pleuve à boire debout ou qu’il fasse trop beau pour travailler. En effet,...

  • Des gouverneurs à l’honneur

    Des gouverneurs à l’honneur Gouverneurs du Canada-Uni et leaders politiques – rues de Québec nommées d’après les gouverneurs et premiers ministres du Canada-Uni De 1841 à 1867, six gouverneurs généraux règnent sur les destinées du Canada-Uni : 1841 – 1843 : Sir Charles Baget. Peu de temps après le départ du gouverneur,...

  • Champ-de-Mars

    Le Champ-de-Mars de Montréal Ce polygone de verdure et de vestiges ceinture un lieu riche de l’histoire militaire, sociale et même patriotique. Non construit pendant 350 ans, sinon par des murs de fortifications, le Champ-de-Mars est le plus vaste espace vert du Vieux-Montréal créé par la Ville de Montréal et le ministère...

  • Fortifications de Montréal

    Fortifications de Montréal Au cœur du réseau défensif : Au confluent des routes d’eau et de commerce d’Amérique du Nord, Montréal occupe une position privilégiée dans la stratégie militaire du roi Louis XIV. Les forts français sur le Richelieu et les Grands Lacs sont autant d’obstacles à l’ennemi. Tout un réseau défensif...