Histoire du Québec

Bataille de Chouaguen

Bataille de Chouaguen

Bataille de Chouaguen (bataille du Fort Oswego)

Le fort britannique de Chouaguen, ou d'Oswego, fut établi en 1727 sur la rivière Oswego, sur la côte méridionale du lac Ontario (dans l'actuel État de New-York). En fait, il s’agissait d’un ensemble de trois forts, soit les forts Ontario, Chouaguen et Pepperel, ce dernier étant le seul bâti en pierre. Les trois forts se trouvaient à courte distance les uns des autres, et pouvaient donc s’entraider en cas d’attaque.

Du point de vue militaire, c’était une place d’armes des forces britanniques. Son emplacement stratégique permettait de surveiller la route entre la Louisiane et la Nouvelle-France. Par ailleurs, le fort de Chouaguen était aussi utilisé pour les activités commerciales des Anglais. Après maintes tentatives infructueuses des Français pour le détruire, ou au moins pour le neutraliser, c’est le 13 juillet 1756 que M. de Vaudreuil fait le siège du fort de Chouaguen, agissant sous les ordres du général de Montcalm (les premières forces françaises arrivent sur place le 5 juin, mais avant l’arrivée des forces principales, il y eut seulement des escarmouches).

Le 9 août, avec le débarquement de l’artillerie française à l’Anse-aux-Cabanes, le sort des fortifications anglaises est scellé. Les Britanniques sont environ 1800, contre 3500 Français, appuyés par des centaines d’Indiens.

Le 13 août, les canons français ouvrent le feu contre le fort Ontario, et la garnison décimée doit se replier. Le matin du 14 août 1756, vers 10 heures, le colonel Littlehales fait hisser le drapeau blanc et, à 11 heures, il signe l’acte de capitulation.

Dans l’histoire, cette bataille est restée comme le premier exploit militaire de Montcalm au Canada. Les forts furent rasés et nivelés immédiatement. On y érigea une grande croix avec l’inscription de M. de Bougainville: In hoc signo vincunt! (avec ce signe, ils vaincront), ainsi qu’un poteau aux armes de France avec la devise: Manibus date Iilia plenis (à pleines mains, semez les lis).

Cependant, les Britanniques, commandés par le colonel Haldimand, y rétablissent un fortin en bois en 1759 et y placent plus de 1 300 soldats. Les tentatives des Français pour le reprendre échouent.

La bataille du fort Oswego fut l’une des plus importantes victoires françaises lors de la guerre de Sept Ans.

Les drapeaux anglais des régiments de Shirley, de Pepperell et Shuyler, ainsi que celui de la milice de la Nouvelle-Angleterre, furent déposés dans les églises de Québec, de Montréal et de Trois-Rivières.

plan oswego

Plan des forts anglais Oswego et Ontario. Document de l'époque, image du domaine public

Lire aussi :

2 Comments

  1. denise boisclair

    2011/04/26 at 1:27

    C’est vraiment désagréable que les publicités recouvrent les textes historiques et nous empêchent de les lire…

  2. admin

    2011/04/26 at 2:03

    Chaque fois que cela arrive, contactez l’administration: http://grandquebec.com/accueil/pour-nous-joindre . Nous essayerons de comprendre la cause. Pourtant cela n’arrive que rarement. Dans la plupart des cas, ce sont des photos trop grandes qui empêchent de lire le texte (dans ce cas, il suffit de réduire la photographie. Mais comme cet article n’a pas de photos, nous aimerions savoir quelques détails techniques (IE, FireFox, Opera, résolution écran, Windows ou Mac, etc). Ces données nous permettront de corriger la situation.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>