Histoire du Québec

Naissance de l’aviation

Naissance de l’aviation

Naissance de l’aviation canadienne

Le pilote McCurdy était sûr de réussir l’envolée

Le biplan Silver Dart, construit dans les ateliers du célèbre Alexander Graham Bell, mieux connus pour l’invention du téléphone, a été utilisé pour ce vol historique

Au début de l’après midi du 23 février 1909, un jeune pilote canadien, John A.D. McCurdy réussissait un vol sans incident à bord d’un immense cerf-volant doté d’un hélice et d’un moteur, au-dessus de la surface glacée du lac Bras d’Or, à Baddeck, Nouvelle-Écosse.

L’étrange appareil s’éleva sans difficulté avec l’aide d’un vent léger, après une course au sol de quelques 150 pieds.

M. McCurdy prit 60 pieds d’altitude et redescendit sur le lac après le vol rectiligne d’environ trois quarts de mille. Il revint ensuite à son point de départ par ses propres moyens. À compter de ce jour, le Canada possédait un embryon d’aviation.

« J’avais l’intention d’accomplir plusieurs autres vols avant le coucher de soleil, – a raconté plus tard M. McCurdy, – mais le chef de notre groupe, Alexander Graham Bell, le premier à m’accueillir à mon retour, a souligné que nous venions d’écrire une page d’histoire et qu’il n’aurait pas d’autres vols ce jour-là.

McCurdy savait qu’il était le premier Canadien à voler dans un avion « motorisé » dans le ciel canadien. Ce n’est que plus tard, toutefois, qu’il apprit son second titre, à savoir: premier sujet britannique ayant piloté un avion dans l’Empire britannique.

Alexander Graham Bell ne perdit pas de temps après ce premier atterrissage; 146 hommes, femmes et enfants avaient été témoins du vol historique, et environ 125 d’entre eux signèrent ensuite un document officiel attestant et racontant l’événement. Pour récompense: sandwiches, café et vin domestique. Le manuscrit de Bell, porteur de toutes les signatures, est aujourd’hui au musée de la National Geographic Society, à Washington.

La première société

Lorsque McCurdy s’envola du lac Bras d’Or, il savait presque exactement ce que allait se passer. S’il n’entreprit qu’un bref vol d’essai, c’est que son Silver Dart, déjà essayé à Hammondsport, N.Y. avait été démonté avant d’être transporté par chemin de fer à Baddeck. Il s’agissait simplement de voir s’il avait été bien reconstruit, à son nouveau port d’attache.

Alexander Graham Bell, l’inventeur du téléphone, un Écossais qui s’était établi à Baddeck au début du XXe siècle, avait entrepris des études aéronautiques vers le même temps.

En 1908, il était déjà suffisamment renseigné pour constituer l’Aerial Experiment Association. Mme Bell accorda un capital initial de $35,000 à son mari et à ses adjoints: Glenn Curtiss, un jeune manufacturier de moteurs de motocycles; le lieutenant Tom McBridge, de l’armée américaine; John McCurdy et Frederick Casey Baldwin, deux étudiants en génie à Toronto, mais résidents habituels de Baddeck. Comme Curtiss ne pouvait quitter Hammondsport, c’est là qui furent étudiés et mis au point les quatre premiers avions de l’Aerial Experiment Association, le Red Wing, le White Wing, le June Bug et le Silver Dart.

Curtiss fut le premier à piloter le Red Wing, à Hammondsport, a-t-on dit, mais Casey Baldwin qui suivit immédiatement devenait le septième homme du monde à piloter un cerf-volant motorisé, le 12 mars 1908, à Hammondsport.

Ses études de génie terminées, McCurdy se rendit chez Curtiss en septembre 1908. Il pris rapidement en main le Silver Dart que Bell volait absolument présenter à ses voisins de la Nouvelle-Écosse. Il fut le premier à le piloter à Hammondsport, le 6 décembre 1908.

L’envolée historique de Baddeck, le 23 février 1909, avait donc été organisée très soigneusement, et Bell, ayant pleine confiance dans les qualités du pilote comme de l’appareil, l’avait envisagée comme une affaire déjà réussie. Il avait notamment fait accorder un congé à tous les écoliers de ce petit village des Maritimes, afin que tous les enfants puissent participer avec leurs parents à la naissance de l’aviation en terre canadienne.

McCurdy accomplit un vol parfait en circuit fermé quelques jours plus tard.

(Cet article a été publié en 1959 par La Presse pour marquer le cinquantième anniversaire de l’événement).

aviation du canada

L’aviation ne nous offre certes rien qui ressemble au vol. Le fait de se sentir enfermé dans une enceinte de verre et de métal obéissant à un pilote n’a rien à voir avec le vol des oiseaux ou des anges. Jorge Luis Borges, Atlas. Image : © GrandQuebec.com

Pour compléter la lecture :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>