Gens du pays

Casgrain, Thérèse Forget

Casgrain, Thérèse Forget

Thérèse Forget-Casgrain

Thérèse Forget naît à Montréal le 19 juillet 1896. À 19 ans, elle épouse Pierre Casgrain, un homme politique bien connu au Canada, député fédéral entre 1917 et 1941.

Thérèse s’implique dans la politique dès les années 20. En 1921, elle fonde, avec ses amies lady Drummond et madame Henri Gérin-Lajoie, le Comité provincial pour le suffrage des femmes. Les suffragettes luttent inlassablement pour les droits des femmes et, à l’époque, le mouvement féministe marque profondément la vie du Québec.

En 1926, Thérèse Forget-Casgrain fonde la Ligue de la jeunesse féminine. Elle est membre fondateur de la Fédération des œuvres de charité canadienne-française et c’est elle qui crée la Société des concerts symphoniques de Montréal.

Elle écrit pour différentes publications et devient animatrice à Radio-Canada où elle présente l’émission Fémina.

Le clergé et l’élite politique du Québec l’attaquent pour ses positions, jugées trop libérales pour l’époque, mais elle continue à défendre les droits juridiques et le droit de vote des femmes aux élections provinciales.

Finalement, c’est en 1940, avec la victoire des libéraux d’Adélard Godbout, que les femmes québécoises obtiennent ce droit.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, Thérèse Forget-Casgrain préside le comité de surveillance de la Commission des prix et du commerce. En 1942, elle se porte candidate libérale indépendante aux élections fédérales et se prononce contre la conscription.

Après la guerre, elle poursuit son engagement à gauche et se présente plusieurs fois aux élections provinciales sans se faire élire. Elle est une des adversaires les plus actives du gouvernement de Maurice Duplessis.

thérèse Casgrain, timbre

La Société canadienne des postes a émis un timbre de en l’honneur de Mme Casgrain, le 17 avril 1985. Ce timbre-poste a été conçu par Muriel Wood et Ralph Tibbles

En 1962, madame Forget-Casgrain devient présidente de la Voix des femmes. Cette association exige l’interdiction des armes nucléaires. Elle fait partie du mouvement pour la paix et se rend à Moscou avec une délégation pacifiste en 1964. En décembre de la même année, elle est détenue quelques heures à Paris, suite à une manifestation pour la paix. En 1966, elle fonde la Fédération des femmes du Québec. Elle est présidente de la Ligue des droits de l’homme du Canada et elle défend les droits des Amérindiens.

En 1970, à l’âge de 74 ans, Thérèse Forget-Casgrain est nommée membre du Sénat canadien.

Thérèse Forget-Casgrain s’éteint le 3 novembre 1981.

Le prix Thérèse-Casgrain est décerné chaque année par le gouvernement canadien aux citoyennes qui se distinguent dans le domaine de la défense des droits de la femme.

À Montréal, un parc, situé à l’intersection de l’avenue des Pins et de l’avenue Cedar, au pied du Mont-Royal, a été nommé en son honneur.

parc therese casgrain

Parc Thérèse-Casgrain. Photo : © GrandQuebec

Pour en apprendre plus :

2 Comments

  1. gilbert

    2012/11/22 at 2:56

    elle a permis je pense le droit de vote aux femmes en 1940, nommée sénatrice par Trudeau

  2. gilbert

    2013/04/18 at 5:45

    et une biographie en 2013 cest longtemps apres son deces . 31 ans . les archives etaient bien scellees

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>