Gens du pays

Girard, Rodolphe

Girard, Rodolphe

Rodolphe Girard

Rodolphe Girard est né le 24 avril 1879 à Trois-Rivières, en Mauricie. Il déménage à Montréal en 1891, à l’âge de 12 ans, et il entreprend des études à l’Académie commerciale et catholique du Plateau et au Collège Saint-Louis de Montréal, où il obtient son baccalauréat ès arts. Il travaille pour les journaux Le Trifluvien, la Patrie et la Presse.

En 1899, Girard publie son premier roman, « Florence: légende historique, patriotique et nationale » (selon certaines sources, ce roman parait en 1900). Suivra Mosaïque, en 1902 et son roman le plus célèbre Marie Calumet.

Le roman Marie Calumet, son œuvre majeure, est condamné par Mgr Paul Brûchési, archevêque de Montréal, et critiqué par le journal La Vérité en raison du contenu anticlérical. En effet, Marie Calumet, personnage central du roman, est une femme pieuse jusqu’à l’absurde et l’auteur ironise sur un nombre de postulats religieux.

Pourtant, le journal La Vérité s’en prend à l’honneur et l’intégrité de Rodolphe Girard. Celui-ci, considérant que la critique n’a rien de littéraire sinon contient des propos calomnieux, diffamatoires et insultants entame une poursuite judiciaire et obtient gain de cause en 1911, mais il doit quitter le Québec, soumis à l’ostracisme, après avoir perdu toutes les sources de revenus (il a perdu son emploi au journal Le Temps et personne n’a osé de publier ses textes).

Le jeune homme choisit de s’installer à Ottawa, où il devient traducteur à la Chambre des communes du Canada. Il y écrit Rédemption (publié en 1906), L’Algonquine (1910), Contes de chez nous (1912), Les Ailes cassées, 1921. Il travaille aussi de nouveau comme journaliste pour le journal Le Temps. Il publie des centaines de contes, une dizaine de pièces de théâtre et un grand nombre d’articles.

De 1939 à 1941, Rodolphe Girard, lieutenant-colonel des Forces armées canadiennes, combattra en Europe contre l’Allemagne nazie. De retour au Canada en 1941, il passe à la retraite à cause de son âge.

En 1946, il publie une nouvelle édition de Marie Calumet, modifiée et « allégée » par lui-même.

Après la retraite, il devient président de l’Institut canadien-français d’Ottawa. Il fonde une section de l’Alliance française à Ottawa.

L’écrivain et militaire Rodolphe Girard s’éteint à Ottawa le 29 mars 1956.

rodolphe girard

Rodolphe Girard vers 1900. Photo du domaine public

Voir aussi :

2 Comments

  1. Michel Jolicoeur

    2014/05/25 at 2:26

    Bonjour

    Il y a une erreur dans le texte qui suit concernant l’année du déménageement, il est inscrit 1991 je crois que cela devrait être 1891!

    Rodolphe Girard est né le 24 avril 1879 à Trois-Rivières, en Mauricie. Il déménage à Montréal en 1991, à l’âge de 12 ans

    Bonne journée!

  2. admin

    2014/05/25 at 3:10

    Un gros merci M. Jolicoeur, je viens de corriger la date.
    Admin

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>