Gens du pays

Radisson, Pierre-Esprit

Radisson, Pierre-Esprit

Pierre-Esprit Radisson

On ne connaît presque rien sur la naissance de cet explorateur et de ses premières années. Dans un affidavit datant de 1697 et dans une pétition rédigée en 1698, Radisson indique qu’il est âgé de 61, puis de 62 ans, ce qui placerait sa naissance en l’année 1636.

Cependant le recensement de 1681 (le troisième recensement effectué en Nouvelle-France) lui donne 41 ans. Il semblerait aussi que la famille Radisson soit originaire de la vallée du Rhône, d’Avignon ou des environs.

Pierre-Esprit Radisson arrive en Nouvelle-France en 1652 et l’année suivante il est capturé lors d’un raid iroquois. Il est par la suite adopté par ses ravisseurs et se familiarise avec les coutumes des Amérindiens.

Après deux années passées avec les Iroquois, il s’évade pour revenir en Nouvelle-France. En 1659, recruté par Médard Chouart des Groseilliers qui avait entre-temps épousé sa demi-sœur, Radisson devient son compagnon et coureur des bois dans les régions du Lac Michigan et du Lac Supérieur.

Au retour en 1660, les compagnons ramènent une cargaison de fourrures sur plus de cent canots, mais ils n’ont pas de permis pour la traite des fourrures, alors le gouverneur de la Nouvelle-France Pierre de Voyer d’Argenson leur confisque toute la marchandise et les soumet à l’amende. Les compagnons ne sont cependant pas découragés par autant. Le voyage leur avait permis de découvrir la baie d’Hudson et ils cherchent à lancer une entreprise de commerce afin d’exploiter ces rives, mais ils ne reçoivent aucun appui en Nouvelle-France ni en France.

Les deux explorateurs partent alors pour Boston afin d’intéresser les autorités de la Nouvelle-Angleterre, où. Ils rencontrent le colonel anglais George Cartwright qui les emmène en Angleterre et les présente à la Cour du roi Charles II.

En juin 1668, Radisson et des Groseilliers partent d’Angleterre vers la baie d’Hudson, conduisant deux navires marchands affrétés par le prince Rupert, l’Eaglet et le Nonsuch. Des Grosseillers, à bord du Nonsuch arrive à la destination par le nord, sans passer par le fleuve Saint-Laurent contrôlé par les Français. L’Eaglet, avarié dans une tempête, doit retourner en Angleterre avec Radisson.

Après la constitution de la Compagnie de la Baie d’Hudson, en 1670, Radisson établit le poste de la rivière Nelson et sert de guide, d’interprète et de conseiller.

Le père jésuite Charles Albanel convainc Radisson de revenir à la France, mais le gouverneur Louis de Buade de Frontenac qui s’y trouve en ce moment, le reçoit froidement et le secrétaire d’État français, Jean-Baptiste Colbert, lui refuse le support. Radisson pourtant s’enrôle dans la Marine, en 1677, où il sert jusqu’en 1679.

En 1681, Pierre-Esprit Radisson est recruté à Paris par un marchand canadien, Charles Aubert de La Chesnaye, pour fonder un établissement français à l’embouchure de la rivière Nelson. En 1682, Radisson et Des Groseilliers attaquent le fort anglais Nelson et arrivent à en prendre possession. Ils font de nombreux prisonniers, dont le gouverneur de la colonie anglaise, John Bridgar.

Les compagnons reviennent à Québec, où ils essayent d’éviter de payer le quart sur les pelleteries capturées des anglais, ce qui leur vaut d’être envoyés en France par Joseph-Antoine Le Febvre de La Barre pour que l’affaire y soit jugée. D’ailleurs, la France remet aux Anglais un navire qu’il avait capturé.

Frustré, en 1684, Pierre-Esprit Radisson passe de nouveau au service de la Compagnie de la Baie d’Hudson. Il mène des expéditions contre les Français et il oblige son neveu à rendre Fort Bourbon à la CBH. Il dirige ensuite le commerce à Fort Nelson.

Devenu citoyen anglais en 1687, Radisson rentre en Angleterre où i travaille pour la Compagnie de la Baie d’Hudson jusqu’à son décès et oz il publie ses récits de voyage.

Pierre-Esprit Radisson décède en juin 1710 dans la pauvreté.

La localité de Radisson (Nord-du-Québec) et la station de métro montréalaise Radisson ont été nommées en son honneur (le métro se réfère plutôt à la rue Radisson). Une chaîne d’hôtels fondée en 1909 à Minneapolis, Radisson Hotels & Resorts, réfère à cet explorateur.

Pierre-Esprit Radisson

Pierre-Esprit Radisson

Pierre-Esprit Radisson. Photo du domaine public

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>