Gens du pays

Dugua de Mons, Pierre

Dugua de Mons, Pierre

Pierre Dugua de Mons

Pierre Dugua de Mons naît vers 1560 au château de Mons, à Royan, en France, fils de Guy Dugua et de Claire Goumard. La date exacte de sa naissance est inconnue et d’avis de certains historiens, il est sera né au début des années 1540. Issu d’une famille de nobles de Saintonge,  le garçon aura été marqué durant son enfance par les guerres de religion. Adolescent, il prend part à ces guerres dans l’armée du roi protestant Henri de Navarre, le futur roi catholique Henri IV de France.

Bien qu'acquis aux idées de la religion réformée, Dugua de Mons se marie avec une catholique, Judith Chesnel, d’une famille noble de la seigneurie de Meux, près de Jonzac. Le couple n’aura pas d’enfant.

En 1599, Pierre Dugua de Mons vend à son voisin, François Videgrain sieur de Belmont, presque toutes les terres qu’il possédait dans le marquisat de Royan et investit le tout dans des entreprises de colonisation. La même année, il se rend pour fonder le comptoir de Tadoussac avec son ami Pierre Chauvin de Tonnetuit.

En 1603, Henri IV nomme Pierre Dugua son Lieutenant général en Amérique septentrionale. Le roi lui accorde le monopole de la traite des fourrures, pour compenser les frais d’établissement d’une colonie française en Amérique du Nord.

L’année suivante, Dugua  explore le sud-est du Canada. Dans cette entreprise, il est accompagné de Samuel Champlain, qui y participe en tant que géographe et cartographe, et de Jean de Poutrincourt. Dugua installe une première colonie en Acadie, sur l’île Sainte-Croix, dans le fond de la Baie française. Mais l’hiver terrible enduré par les premiers colons les oblige, au mois d’août 1605, à transférer la colonie sur un site plus approprié et protégé des vents du nord-ouest, situé sur un lagon à l’est de la Baie française, qu’ils appelleront Port-Royal et qui est connu aujourd’hui comme Annapolis Royal, en Nouvelle-Écosse.

En 1606, les plaintes continuelles des autres marchands, privés du commerce des fourrures, amènent Henri IV à suspendre ce monopole commercial qu’il avait accordé à Dugua de Mons.

En 1607, la première colonie échoue et les colons rentrent en France, malgré les tentatives de Dugua de Mons pour tenter d’empêcher cette issue.

Pierre Dugua de Mons ne reviendra plus jamais en Amérique, mais continuera à investir, à fonds perdus, dans le but d’y établir une colonie française. En 1608, il obtient pour un an, une reconduction du monopole qu’il voit comme le seul moyen pour financer une colonie puisque le roi n’y accorde aucune subvention.

C’est Pierre Dugua qui confie à Samuel Champlain, dès lors son lieutenant en Nouvelle-France, la mission de fonder un nouvel établissement sur la Grande Rivière de Canada, à l’endroit que Champlain trouvera le plus approprié. Ce site, choisi par Champlain, sera Québec, où il débarque le 3 juillet 1608.

En 1610, Dugua de Mons est nommé gouverneur de Pons. En 1612, la reprise de l’antagonisme entre catholiques et protestants, après l’assassinat d’Henri IV, durant la régence de Marie de Médicis, l’oblige à renoncer à son titre de Lieutenant général pour la Nouvelle-France . En 1617, il se retire des affaires et il meurt en 1628 dans son château à Fléac-sur-Seugne (Charente-Maritime), dans les Ardennes.

Plusieurs historiens les plus prestigieux partagent l’avis que sans Dugua de Mons, la fondation de la ville de Québec aurait été impossible, même si personne ne met en doute l’importance du rôle de Samuel de Champlain.

dugua de mons

Buste de Pierre Dugua de Mons à Québec, dévoilé le 3 juillet 2007 (il s’agit d’une copie exacte du  buste de Dugua de Monts, réalisé par l'artiste Hamilton MacCarthy et installé à Annapolis Royal, en Nouvelle-Écosse, en 1904). Photo : © V. Petrovskiy

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>