Gens du pays

Gaspé, Philippe-Ignace-Aubert, De

Gaspé, Philippe-Ignace-Aubert, De

Philippe-Aubert de Gaspé-père

Philippe-Joseph-Aubert de Gaspé-père naît à Québec, le 30 octobre 1786.

La famille de De Gaspé, originaire de France, appartenait à la noblesse, et vint s’établir au Canada dès les premiers temps de la fondation de la Nouvelle-France. Le père de Philippe-Aubert, le seigneur Pierre-Ignace Aubert de Gaspè, fut conseiller législatif de Québec.

Le futur écrivain passe une partie de son enfance au domaine seigneurial de Saint-Jean-Port-Joli. Ensuite, il fait ses études classiques au Séminaire de Québec de 1798 à 1806, où il rencontre Louis-Joseph Papineau. Il se dirige vers le droit pour être admis au barreau le 15 août 1811.

Il devient vice-président de la première société littéraire de Québec, en 1809 et membre fondateur du Jockey Club en 1815. Il est également membre fondateur de la Banque de Québec. Il a occupé pendant longtemps, la charge de shérif de Québec. Nommé à ce poste en 1816, il s’acquitte mal. Il doit démissionner en 1822 et, endetté et accusé des malversations dans ses fonctions, il se retire dans son manoir de Saint-Jean-Port-Joli, dont il était le seigneur. Le futur auteur des Anciens Canadiens y a demeuré longtemps. Le souvenir qu’il y a laissé est celui d’un gentilhomme et d’un bon citoyen.

Incapable de rembourser une partie des dettes, une caution élevée, Aubert de Gaspé père est mis en prison en 1838, année de l’insurrection des Patriotes. Sa tragédie personnelle coïncide avec celle du peuple qui se soulève contre la clique.

En avril 1863, il publie Les Anciens Canadiens. Ce livre bénéficie d’un succès énorme.

Les Anciens Canadiens
sont à la littérature québécoise ce que la Chanson de Roland est à la littérature française. C’est toutefois dans le second livre, les Mémoires, publiée en 1866, que de Gaspé a donné sa pleine mesure. Ce livre terminera une œuvre importante bien que tardivement commencée.

Les Anciens Canadiens c’est un roman calqué sur l’histoire du Canada et sur les mœurs canadiennes du XIXe siècle. Ce livre renferme plusieurs anecdotes légendaires et entremêlées de beaucoup de traditions de familles. C’est une peinture vive et animée de ce bon vieux temps où les mœurs et les usages avaient encore quelque chose de patriarcal.

Ce qui ajoute à la valeur du livre, ce sont les quelques soixante pages de Notes et éclaircissements qui, publiées à la fin du volume, deviennent une source de matériaux aussi curieux qu’instructifs. Plusieurs points d’histoire jusqu’alors obscurs, y sont éclaircis on expliqués d’une manière lucide et savante.

Il décède le 29 janvier 1871 à Québec.

Philippe-Aubert De Gaspé est le père de Philippe-Aubert de Gaspé-fils, l’auteur du premier roman canadien-français.

philippe de gaspe pere

Philippe Aubert de Gaspé, père. Gravure de l’époque

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>