Gens du pays

Jones, Oliver

Jones, Oliver

Oliver Jones

Oliver Theophilus Jones, l’un des plus célèbres pianistes de jazz canadiens, est né dans le quartier de la Petite-Bourgogne, à Montréal, le 11 septembre 1934. Ses parents sont originaires de la Barbade.

À l’âge de trois ans, il joue de mémoire des chansons entendues à la radio. À l’âge de cinq ans, il est déjà pianiste à l’église Union United. Plus tard, il étudie le piano classique. On raconte que c’est la sœur aînée d’Oscar Peterson, la légendaire Daisy Peterson Sweeney, qui a donné des leçons de piano à Oliver Jones pendant son enfance.

Oliver Jones est souvent mentionné avec Oscar Peterson, son ami d’enfance et son voisin du quartier de la Petite-Bourgogne à Montréal. On dit que Peterson a été le mentor le plus important pour la future carrière d’Oliver Jones.

Pour la première fois, il joue en solo au Café Saint-Michel en 1943. Le même Jones admet modestement qu’il a probablement passé les 35 premières années de sa vie à jouer de la musique commerciale.

On peut dégager trois étapes dans la carrière de Jones: la première s’est développée à Montréal; pendant la deuxième, il a été directeur et pianiste d’un orchestre de variétés à Porto Rico; ensuite, il s’est consacré au jazz. Cependant, Oliver Jones ne partage pas cette opinion.

Il est vrai qu’il  commence à jouer professionnellement dans les clubs et les hôtels de Montréal à l’âge de 16 ans. En 1963, il entre au Rockhead’s Paradise. À 19 ans, il fait des tournées aux États-Unis et dans les Caraïbes avec le groupe du chanteur calypso Kenny Hamilton. Il rencontre de grands musiciens et il joue à New York, Las Vegas et Chicago. Il fait aussi de nombreuses tournées en Australie et en Europe.

En 1980, il s’établit à Montréal où il joue et compose.

Sur le plan musical, Jones est reconnu pour ses somptueuses modulations et sa technique éblouissante. Oliver Jones a joué en solo, en duo et en trio, et il a également joué avec un big band et un orchestre symphonique. Il a partagé la scène avec Sarah Vaughan, Buddy Rich, Tony Bennett, et à peu près tous les grands noms du jazz.

Oliver Jones a pris sa retraite officielle le 1er janvier 2000. Après cette date, ses apparitions en public sont rares. Mais, en 2002, il produit un nouvel album avec le bassiste Skip Bey – Then and Now, commencé en 1986.

Toujours en 2002, Oliver Jones devient directeur artistique de la section jazz du Festival de musique de chambre de Montréal.

Au cours de sa carrière, Oliver Jones a produit environ 15 disques. Il est Chevalier de l’Ordre national du Québec et Chevalier de l’Ordre du Canada.

Oliver Jones

Oliver Jones

Oliver Jones. Photo : kingstongrand.ca

Pour en apprendre plus :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>