Gens du pays

Juchereau, Nicolas

Juchereau, Nicolas

Nicolas Juchereau

Nicolas Juchereau de Saint-Denis est né vers 1627, probablement à La Lande-sur-Eure, en France.

Sa famille immigre en Nouvelle-France en 1634, suivant l’exemple de l’oncle de Nicolas, Noël Juchereau Des Chatelets, qui serait arrivé au Canada vers 1634 comme membre de la Compagnie des Cent-Associés (plus tard, M. Juchereau Des Chatelets devient commis général de la Communauté des Habitants de Québec).

Dès 1649, Nicolas Juchereau fait un grand nombre de voyages sur le Saint-Laurent, en particulier entre Québec et Tadoussac, en tant que commerçant en fourrures. À l’époque, le fleuve, les rivières, les lacs et parfois les ruisseaux étaient les seules voies de communication possibles.

Pour voyager, on utilisait des canots d’écorce. Il fallait avoir du courage et être très attentif aux détails pour remarquer les petits havres pouvant abriter les voyageurs. En même temps, il fallait garder à l’esprit une vision générale pour pouvoir se représenter l’étendue du territoire à parcourir. On devait avoir des notions de cartographie, de navigation, le sens du commerce et de la diplomatie.

Nicolas Juchereau possède toutes ses qualités. De plus, il sait en profiter et les mettre en valeur et c’est pourquoi l’intendant Jean Talon lui concède en 1656, à l’âge de 29 ans, la vaste seigneurie des Aulnaies.

Nicolas Juchereau est devenu l’un des plus importants commerçants de fourrures en Nouvelle-France. Il devient membre du Conseil de la colonie pour la traite. En 1663, il fait partie du groupe des 17 Canadiens auxquels le gouverneur Pierre Dubois Davaugour concède des droits de vente pour le castor et pour l’alcool.

Dès l’entrée en vigueur de la Traite de Tadoussac, Jean Juchereau de La Ferté, le frère de Nicolas, est nommé afin de percevoir les droits, tandis que Nicolas Juchereau devient directeur de la traite à Tadoussac.

En 1666, Nicolas Juchereau participe, à la tête d’une compagnie de milice, aux expéditions du gouverneur Rémy de Courcelle et du commandant Alexandre de Prouville de Tracy contre les Iroquois. Ce sont les premières expéditions militaires françaises à l’intérieur des terres indiennes.

Nicolas Juchereau fait l’acquisition de nouvelles terres à Québec, à Beauport et à l’île d’Orléans. En 1773, il obtient de la famille de Giffard le fief Duchesnay qui comprend neuf arpents de front sur toute la profondeur de la seigneurie de Beauport. Nicolas Juchereau assure le peuplement et le développement de ces terrains.

En 1678, le gouverneur Louis de Buade, comte de Frontenac, lui octroie la seigneurie de Saint-Denis (la seigneurie est concédée en fait au fils de Nicolas, Joseph, âgé de six ans, Nicolas n’étant alors que son représentant). Son autre fils, Ignace Juchereau Duchesnay, reçoit le 17 février 1683 la seigneurie de Beauport.

Dès 1684, Nicolas est membre d’un groupe de 18 notables que l’intendant de la Nouvelle-France consulte sur les finances du pays.

En 1690, au moment de l’attaque de Phips contre Québec, Nicolas Juchereau commande une compagnie de 80 miliciens, dont la tâche est de faire face aux troupes anglaises lors de leur débarquement. Il est blessé d’un coup de feu, mais ses miliciens s’emparent malgré tout de six canons ennemis.

En février 1692, Nicolas Juchereau est anobli en récompense de ses services rendus à la France et à la Nouvelle-France.

Nicolas Juchereau meurt à Québec le 4 octobre 1692.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>