Nicolas Jérémie

Né à Québec le 16 février 1669, du mariage de Noël Jérémie, dit La Montagne, et de Jeanne Pelletier, Nicolas Jérémie eut une carrière des plus extraordinaires. Dans sa jeunesse, il apprend le métier de commerçant de fourrures en voyageant avec son père à travers le pays.

En 1694, il accompagna Lemoyne d’Iberville à la baie d’Hudson. Il participa à la prise du fort Nelson et passa l’hiver avec d’Iberville dans la baie d’Hudson.

D’Iberville, en partant pour la France le 20 juillet 1695, laissa au fort Bourbon trente-sept hommes sous le commandement de M. de La Forest. Nicolas Jérémie resta lui aussi au fort Bourbon comme enseigne, interprète et directeur du commerce.

En septembre 1695, le fort Bourbon fut pris par les Anglais et Jérémie fut conduit en Angleterre où il fut prisonnier pendant quatre mois. Il revint à la baie d’Hudson avec d’Iberville en 1697, et il demeura au fort Bourbon jusqu’en 1707 comme lieutenant et interprète.

En 1708, Jérémie remplaçait M. de Isle comme commandant ou gouverneur du fort Bourbon, poste qu’il conserva jusqu’à 1714. Aux termes du traité d’Utrecht, la France céda la Baie d’Hudson à l’Angleterre et Jérémie remet le fort Bourbon à James Knight, gouverneur de la Hudson’s Bay Company.

Nicolas Jérémie revint ensuite à Québec où il passa le reste de sa vie. Il meurt le 19 octobre 1732. 

L’acte de sépulture dans le registre de Notre-Dame de Québec dit: «Le dix neuvième octobre mil sept cent trente deux par nous curé de Québec a été enterré dans L’église de ce lieu le corps du Sr Nicolas Jeremie bourgeois de Québec décédé le Jour précèdent âgé d’environ 65 ans présents Mr Coru prêtre et plusieurs autres. Signé Boulard.»

Nicolas Jérémie a laissé aux générations futures la relation de son séjour à la Baie d’Hudson qui fut publiée pour la première fois à Amsterdam en 1732 (selon certains historiens, elle fut publiée en 1720). Cette description du détroit et de la baie d’Hudson aurait été rédigée à la demande d’un conseiller du roi de France.

Le contenu de la Relation relève à la fois de l’histoire, de l’ethnographie et des sciences naturelles. C’est un récit des campagnes dans la baie d’Hudson, des exploits d’explorateurs, commerçants, coureurs de bois et voyageurs. Ses descriptions détaillées des Amérindiens apportent des éléments précieux à l’ethnologie.

En outre, Nicolas Jérémie porte un intérêt particulier à la faune de la région et il fut le premier à décrire le boeuf musqué.

Lire aussi :

Partager|