Gens du pays

Richler, Mordecai

Richler, Mordecai

Mordecai Richler

Mordecai Richler naît le 27 janvier 1931, dans le quartier Mile End de Montréal. Il grandit au 5257, rue Saint-Urbain et ce quartier pittoresque, choisi par plusieurs immigrants juifs au début du XXe siècle, servira de décor à ses œuvres.

Mordecai fait ses études supérieures à l’Université Sir George Williams (en 1974, cette université et le Collège Loyola fusionnent pour devenir Université Concordia).

En 1951, à l’âge de 20 ans, Richler part en Europe. En 1954, il s’installe en Angleterre, où il publie, en 1954-1956 ses premières nouvelles The Acrobats (Wicked We Love), Son of a Smaller Hero, A Choice of Ennemies, ainsi que son premier roman The Apprenticeship of Duddy Kravitz, paru en 1959.

D’autres romans, scénarios, livres pour enfants, essais et articles sur les sujets très différents suivront. Très controversé, il devient l’un des romanciers canadiens les plus en vue et un journaliste prolifique.

Dans The Apprenticeship of Duddy Kravitz (L’apprentissage de Duddy Kravitz), le jeune écrivain, animé par un goût de la provocation, «dissèque l’humanité» en la plongeant dans l’absurdité et cette passion pour la «comédie humaine». L’auteur décrit les petits financiers juifs aux combinaisons «foireuses» avec un humour mordant, ce qui vaudra au romancier d’être taxé d’antisémitisme par sa propre communauté, mais il s’en prend aussi aux anglo-protestants. L’apprentissage de Duddy Kravitz est le roman le plus connu de Richler et on en a fait un film en 1974, ainsi qu’une pièce de théâtre, en 1984.

Mais Mordecai Richler ne s’arrête pas là. Tout au long de sa carrière, il se délecte à critiquer tout ce qui l’entoure: la communauté juive, les Canadiens anglais et les Québécois francophones. Surnommé «enfant terrible de la société juive», Richler se plaît à «remuer les bas-fonds historiques» à travers le miroir déformant de son humour.

Il est de retour à Montréal en 1972. Il écrit des centaines d’articles de journaux dans un grand nombre de publications au Canada, aux États-Unis et en Grande-Bretagne. Ses contes sur les aventures de Jacob Two-Two Meets ont été traduits en plusieurs langues, on en a fait même un film.

Paru en 1992, l’essai «Oh Canada! Oh Québec! Requiem pour un pays divisé» est un ouvrage pamphlétaire qui vise entre autres choses le nationalisme franco-québécois. Force est d’admettre que c’est un ouvrage plein de bon humour grinçant, mais l’attaque contre le Québec et sa langue a provoqué la réaction bien compréhensible des Québécois.

En fait, Mordecai Richler, s’est fait le porte-parole d’une minorité anglophone du Québec par des accusations récurrentes de racisme des Québécois (accusations que dit soit en passant, sont très exagérées et injustes, par exemple, selon lui, la chanson thème du Parti québécois Demain nous appartient de Stéphane Venne aurait été inspirée des Jeunesses hitlériennes).

Curieusement, l’écrivain satirique qui jugeait le Québec, ne parlait pas le français et il n’a jamais accepté les changements au sein de la société, mais ce n’est pas (peut-être) à notre génération de juger la grandeur de son œuvre et son influence.

Richler a reçu de nombreux prix pour son œuvre. Citerons les suivants: Prix du Gouverneur général pour son roman Cocksure (1969); Prix du livre de l’année pour les enfants de Canadian Library (1976), Prix du livre de Mr. Christie pour le meilleur livre anglais pour les enfants de 8 à 11 ans, en 1995; Prix Auteur de l’année de Canadian Booksellers Associations, en 1997, etc.

En 2000, quelques mois à peine avant son décès, l’écrivain a été décerné l’Ordre du Canada.

Mordecai Richler décède à Montréal, le 3 juillet 2001.

Mordecai Richler

Mordecai Richler

Mordecai Richler, photo du domaine public

Bibliographie partielle de Mordecai Richler :

  • The Acrobats (Wicked We Love) – 1954
  • Son of a Smaller Hero 1956
  • A Choice of Ennemies – 1957
  • The Apprenticeship of Duddy Kravitz – 1959 (L’apprentissage de Duddy Kravitz)
  • The Incomparable Atuk – 1963
  • Cocksure – 1968 (Un Cas de taille)
  • The Street – 1969 (Rue Saint-Urbain)
  • St. Urbain’s Horseman – 1971 (Le cavalier de Saint-Urbain)
  • Jacob Two-Two Meets the Hooded Fang – 1975 (Jacob Deux-Deux et le vampire masqué)
  • Joshua Then and Now – 1980 (Joshua au passé, au présent)
  • Jacob Two-Two and the Dinosaur – 1987 (Jacob Deux-Deux et le dinosaure)
  • Solomon Gursky Was Here – 1989  (Gursky)
  • Jacob Two-Two and the Great Spy Case – 1995 (Jacob Deux-Deux et le Cas d’un Grand Espion)
  • Barney’s Version – 1997 (Le monde de Barny)

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>