Gens du pays

Pontbriand, Mgr H.-M. de

Pontbriand, Mgr H.-M. de

Mgr Pontbriand

Henri-Marie Dubreil de Pontbriand naît en janvier 1709 (ou 1708) dans la ville de Vannes, en France. Ses parents sont Angélique-Sylvie Marot de La Garaye et Joseph-Yves Dubreil, comte de Pontbriand, capitaine des gardes-côtes de l’évêché de Saint-Malo.

Après avoir passé son enfance au château de Pontbriand, en Bretagne, Henri-Marie fait ses études chez les jésuites et les sulpiciens, puis il est ordonné prêtre en 1731. Au début des années 1740, il est grand-vicaire et chanoine de Saint-Malo.

Au début de 1741, Henri-Marie Dubreil de Pontbriand devient le sixième évêque de Québec, succédant à Mgr de l’Auberivière. Après avoir reçu les bulles du pape Benoît XIV, le 6 mars 1741, il est sacré évêque à Paris le 9 avril.

Mgr de Pontbriand arrive à Québec le 17 août 1741 et prend possession de son siège le 30 août. Il détient cette charge jusqu’à son décès en 1760.

Ses mérites sont nombreux. Il fonde la congrégation des Soeurs Grises en 1755 et il soutient activement les missions étrangères.

Il réorganise la vie des maisons religieuses, des paroisses et des missions de son vaste diocèse et dans le cadre de ses efforts de réforme, monseigneur de Pontbriand constitue de nouvelles paroisses et organise des retraites spirituelles pour le clergé et les laïcs.

Il assouplit les règles sévères du jeûne et de l’abstinence et réduit le nombre de jours de fête pendant lesquels le travail est interdit (même si le peuple est mécontent de perdre 19 jours de congé par année à la suite de ses décisions).

Vers la fin de 1759, après la chute de Québec, il se retire chez les Sulpiciens à Montréal. Il meurt l’année suivante, le 8 juin 1760.

On a reproché à Mgr de Pontbriand une certaine faiblesse vis-à-vis des administrateurs de la Nouvelle-France. Mais avant de  porter un jugement, il faut tenir compte que Mgr de Pontbriand tenait un épiscopat difficile pendant la période la plus agitée de l’histoire du Québec : il a préconisé la conciliation avec le général James Murray, chef des forces britanniques. À la fin de sa vie, épuisé, Mgr de Pontbriand délaisse la politique pour s’occuper principalement des affaires de l’Église.

Voir aussi :

1 commentaire

  1. du Breil de Pontbriand

    2012/05/04 at 3:02

    Pourriez-vous me dire comment les Briand sont devenus Pontbriand?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>