Gens du pays

Forrester, Maureen

Forrester, Maureen

Maureen Forrester

Maureen Forrester (née Katherine Stewart) voit le jour à Montréal le 25 juillet 1930. Elle étudie le piano et chante dans les chœurs de l’église Unie Saint James et à l’église presbytérienne Stanley. À l’âge de 13 ans, elle quitte l’école et paie elle-même ses études de musique et de chant avec son salaire de secrétaire et une bourse du Club social de Montréal.

En 1951, Maureen Forrester est finaliste à l’émission radiophonique Opportunity Knocks. Durant la première moitié des années 1950, elle tient des rôles dans plusieurs opéras. Elle interprète ainsi une couturière dans Louise de Charpentier, et celui de l’aubergiste dans Boris Godounov de Moussorgski. Son premier récital a lieu le 29 mars 1953 à la salle du YWCA de Montréal, avec John Newmark comme accompagnateur au piano. En décembre 1953, elle débute avec l’Orchestre Symphonique de Montréal, sous la direction d’Otto Klemperer, puis la chanteuse se produit à la radio et à la télévision et effectue des tournées au Québec et en Ontario pour les Jeunesses musicales du Canada.

En 1954, elle travaille avec l’Orchestre symphonique de Toronto et au début de 1955, Maureen Forrester est à Paris où elle chante à la salle Gaveau. Cette première tournée européenne, qui doit durer deux mois, a tellement de succès qu’elle se prolonge jusqu’en janvier 1956.

Le 12 novembre 1956, elle fait ses débuts à New York au Town Hall et en février 1957 elle chante avec l’Orchestre philharmonique de New York au Carnegie Hall. Vers la fin des années 1950, Maureen Forrester devient l’une des chanteuses les plus populaires au monde. Elle participe à plusieurs festivals et donne plus de 110 représentations par années sur les cinq continents. Elle se produit avec presque tous les grands orchestres et chœurs du monde, dirigés par les chefs les plus célèbres.

Dès 1963, Maureen Forrester s’établit à Toronto. En 1966, elle devient directrice du département d’art vocal à la Philadelphia Music Academy et déménage aux États-Unis. Elle revient en 1971 au Canada et elle commence à enseigner à l’Université de Toronto.

La chanteuse la plus acclamée de son époque demeure fidèle à ses racines et à la musique canadienne. Elle crée Trois Poèmes de Saint Jean de la Croix de Gabriel Charpentier, la Mort de Jean Papineau-Couture, The Confession Stone de Robert Fleming, Poems of Young People de Harry Freedman, des Folk Songs of Eastern Canada de Keith Bissell, a Child’s Garden of Verses d’Oskar Morawetz, etc.

Maureen Forrester était à l’origine une mezzo-soprano, mais, avec le temps, sa voix se modifie en un contralto remarquable. À la fin des années 1980, sa voix se fait plus ténue.

De 1983 à 1988, elle est présidente du Conseil des Arts du Canada.
Vers la fin du XXe siècle, elle voyage moins et réduit son activité à quelque 50 ou 60 engagements par année.

En 1967, Maureen Forrester est nommée Compagnon de l’Ordre du Canada. Au cours de sa carrière, elle a obtenu de nombreux autres prix importants, dont l’étoile au Walk of Fame Canadien – l’Allée de la Gloire canadienne (une partie de la rue King Street, à Toronto). Elle a publié ses mémoires en 1986, Out of Character (avec de l’aide de Marci McDonald).

Maureen Forrester

Maureen Forrester

Lire aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>