Gens du pays

Youville, Marguerite d’

Youville, Marguerite d’

Marguerite d'Youville

C’est le 15 octobre 1701 que Marguerite est née à Varennes, au Québec. Son père meurt alors qu’elle n’a que sept ans. Quatre années plus tard, elle devient pensionnaire chez les Ursulines de Québec où elle passe deux ans, puis elle s’occupe du soutien et de l’éducation de ses frères et sœurs.

Son mariage avec un jeune homme issu d’une famille noble est sur le point de s'accomplir lorsque sa mère se remarie à un Irlandais, considéré comme un individu à la réputation douteuse par la bonne société québécoise. Les fiançailles sont rompues et la famille déménage à Montréal.

C'est là que Marguerite fait la connaissance de François d'Youville et l'épouse en 1722.

Le couple cohabite avec la mère de l’époux, qui entretient des relations tendues avec Marguerite. De plus, François d’Youville s’occupe du commerce illégal de l'eau-de-vie avec les Amérindiens. Mais François meurt en 1730 et Marguerite reste seule avec ses deux enfants (ils en ont eu six, mais quatre sont morts en bas âge) et avec d’énormes dettes.

Marguerite est obligée d’ouvrir un petit commerce pour survivre, cependant, de nature généreuse, elle pourvoit aux besoins des pauvres, malgré l'opposition de sa mère, de ses frères et de la société.

Un jour de novembre 1737, Marguerite retrouve et accueille chez elle une femme aveugle, et ce simple fait incite trois voisines de Marguerite à se joindre à elle pour aider les démunis. La fondation des Sœurs de la Charité de Montréal, mieux connue sous le nom des Sœurs Grises, est née.

Ce nom a été donnée à la congrégation en dérision et avec mépris. Il évoque leur prétendue participation au trafic d'eau-de-vie (ce qui était pure spéculation). Marguerite garde ce nom pour la communauté en signe d'humilité et en rappel de cette accusation injuste.

En 1747, les sœurs, guidées par Marguerite, prennent en charge l’administration de l’Hôpital général de Montréal. En trois ans, elles rénovent complètement l’hôpital pour en faire une maison d'accueil. 

En 1753, le roi Louis XV signe les Lettres patentes nommant Marguerite directrice de l'Hôpital général, poste qu'elle occupe jusqu'à son décès, le 23 décembre 1771.

Durant toutes ses années, Marguerite défend les droits des pauvres.

Avant de quitter ce monde, Marguerite appelle ses sœurs à demeurer fidèles à leur vocation.

En 1959, le pape Jean XXIII béatifie Marguerite et la proclame «Mère à la charité universelle». Elle devient ainsi la première femme née au Canada à être appelée «Bienheureuse».

Le 9 décembre 1990, le pape Jean-Paul II canonise la Mère des pauvres.

L`Église célèbre sa fête liturgique le 16 octobre. La congrégation des Soeurs Grises continue toujours son œuvre au Québec et dans le reste du Canada.

dYouville marie marguerite

Maria Marguerite d'Youville, vue par Soeur Flore Barrette

À lire également :

1 commentaire

  1. Alia

    2012/10/22 at 6:16

    Bonjour, c’est quand la derniere fois que vous avez modifie votre site web? merci c’est pour une bibliographie

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>