Gens du pays

Fortin, Marc-Aurèle

Fortin, Marc-Aurèle

Marc-Aurèle Fortin 

Marc-Aurèle Fortin est né en 1888 à Sainte-Rose, au nord de Montréal.

Entre 1911 et 1914, il étudie aux États-Unis avec deux autres peintres québécois, Ludger Larose et Edmond Dyonnet. Puis il se rend à l’Art Institute of Chicago afin de parfaire son art. Après son retour au Québec, l’artiste développe un style nouveau, une éblouissante transformation du paysage.

À partir de 1918, Marc-Aurèle Fortin aborde la technique de l’aquarelle et, en 1920, il présente ses  aquarelles lyriques aux arbres troués. Cependant, la maîtrise de ce médium ne le satisfait pas et il l’abandonne temporairement.

De 1922 à 1927, Marc-Aurèle peint des ormes démesurés où se dissimulent d’humbles demeures. L’année suivante, il reprend ses aquarelles.

Dans les années 1930, l’artiste entreprend un voyage en Europe qui aura une certaine influence sur son style. Maintenant, c’est la puissance des tons intenses et vibrants qui succède à la poésie et à la naïveté des années précédentes.

En 1929, il expose à Chicago, puis l’année suivante à Prétoria, en Afrique du Sud. À partir de 1935, il expose régulièrement en France et en Italie.

En 1936, Fortin conçoit une technique qui consiste à peindre sur des fonds gris «pour décrire l’atmosphère chaude des ciels du Québec», ainsi que sur des fonds noirs pour «intensifier la relation entre l’ombre et la lumière» (selon ses propos).

En 1939, l’artiste expérimente l’aquarelle rehaussée de crayon et de pastel à l’huile. De plus, il s’adonne à l’estampe et grave près de soixante plaques.

En 1950, l’artiste commence à travailler avec de la caséine, soit une détrempe à base de lait, mais il doit ralentir son rythme de travail pour cause de maladie.

L’année 1955 sonne la fin de sa carrière. Il est presque aveugle et ses membres ne répondent plus. En 1966, il perd complètement la vue et le 2 mars 1970, Marc Aurèle Fortin, aveugle et amputé des deux jambes s’éteint en Abitibi.

Pendant cinquante ans Marc-Aurèle Fortin a créé de nombeuses toiles et composé des paysages éclatants de lumière qui incarnent l’âme du Québec.

Le Musée Marc-Aurèle Fortin, dans le Vieux-Montréal, a été aménagé en l’honneur de ce grand artiste (ce musée est fermé).

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>