Gens du pays

Verchères, Madeleine de

Verchères, Madeleine de

Marie-Madeleine Jarret de Verchères 

Marie-Madeleine Jarret de Verchères est née le trois mars 1678 à Verchères, tout près de Montréal (Ville-Marie à cette époque), sur la rive sud du Saint-Laurent

Son père François Jarret de Verchères arrive en Nouvelle France à l’âge de vingt-quatre ans en tant que soldat dans le régiment de Carignan-Salières. Il décide de rester en Nouvelle-France et, en 1669, il épouse une paysanne de l’île d’Orléans, Marie Perrot. Au moment du mariage, Marie avait seulement douze ans, ce qui n’était pas un cas exceptionnel à l’époque.

 

Marie-Madeleine Jarret de Verchères

 

En 1672, François reçoit un lot de terre sur le rivage du Saint-Laurent. Il nomme cette terre Verchères (il fallait y penser…).

Madeleine est née dans la seigneurie de son père en 1678 et elle a plusieurs frères et soeurs: Marie-Jeanne, Pierre, Alexandre, et quelques autres. Les Iroquois sont alors un danger constant pour les colons (et vice-versa). En effet, la rivière Richelieu rejoint le Saint-Laurent près de Verchères, et c’est un lieu d’accès important pour les Amérindiens. La sœur de Marie-Madeleine, Marie-Jeanne, perd deux époux dans des accrochages avec les Iroquois.

En 1690, Mme de Verchères résiste, avec l’aide de trois ou quatre hommes, à une attaque des Iroquois qui a duré quarante-huit heures.

Mais c’est le matin du 22 octobre 1692 que l’événement le plus spectaculaire a lieu. Sa mère était partie à Montréal et son père était à Québec, quand des Iroquois surviennent et se saisissent de vingt personnes qui travaillent hors du fort.

Un Iroquois poursuit Madeleine, il attrape son fichu, mais elle réussit à l’ôter et rentre au fort.

Madeleine donne l’alerte et tire un coup de fusil pour avertir les forts autour de Verchères. 

Il y a plusieurs versions à propos de la suite des événements.

Madeleine ferme la porte du fort et grimpe sur le bastion où se tient la sentinelle (sans doute en pleine digestion…). Sans se démonter, elle prend les choses en main: coiffée d’un chapeau d’homme, elle court afin de donner l’illusion d’un grand nombre de personnes présents dans le fort. Elle mobilise aussi ses petits frères et elle fait tirer un coup de canon pour épouvanter les assaillants.

Les secours arrivent des forts voisins et les Iroquois se retirent avec vingt prisonniers. Les habitants du fort de Verchères sont saufs grâce à la ruse de la jeune fille. L’histoire fait le tour de la colonie.

 

Marie-Madeleine Jarret de Verchères gravure

 

Le père de Madeleine est mort en 1700. Madeleine s’est mariée en 1706, à l’âge de vingt-huit ans, avec Pierre-Thomas Tarieu de la Perade, un lieutenant dans la compagnie des soldats réguliers. Le couple habite à Sainte-Annede-La Perade.

Aujourd’hui, dans l’ancien village de Verchères, au bord du Saint-Laurent, un monument est érigé en son honneur. 

Voir aussi :

2 Comments

  1. Kaitlyn Huyck

    2010/06/07 at 2:23

    This girl was AMAZING!!! I can’t believe, that at 14, she risked her life to keep her family’s fort standing. She defended the fort for 8 days, and didn’t complain once… AMAZING!!!!!

  2. Gérard Lagacé

    2013/08/07 at 1:11

    Bonjour,

    On parle de l’héroine Madeleine de Verchère, mais j’aimerais savoir où elle est enterrée?

    Dans plusieurs encyclopédie du web, on en parle pas.

    Merci beaucoup!

    Gérard Lagacé
    418-576-8039

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>