Gens du pays

Daunaus, Lionel

Daunaus, Lionel

Lionel Daunais

Lionel Daunais est considéré l'un des premiers auteurs-compositeurs canadiens-français d'importance.

Né le 21 décembre 1901 à Montréal, dans une famille modeste, Lionel Daunais s'intéresse très tôt au chant. Il étudie le solfège et le chant sous la direction de la soprano Céline Marier et, plus tard à l'harmonie et à la composition, qu’il étudie plus tard auprès du pianiste et compositeur, harmonisateur d'œuvres folkloriques, Oscar O'Brien.

En 1922, Lionel Daunais se produit à l'académie Querbes d'Outremont lors d'un concert d'élèves et en 1923, le chanteur obtient le premier prix au Montreal Musical Festival, organisé par la Metropolitan Choral Society. En 1925, il est proclamé Lauréat de l'Académie de musique du Québec.

En 1926, il donne son premier récital, à l'hôtel Ritz-Carlton Montréal, il fait ses débuts à l'opéra, au théâtre Orpheum en tant qu'Ourrias dans Mireille (Gounod). La même année, il gagne le Prix d'Europe. Ce trophée lui permet de poursuivre ses études à Paris. Ensuite, il signe (en 1929) un contrat de premier baryton avec l'Opéra d'Alger, où il interprète 23 rôles importants, dans notamment Carmen (Bizet), Faust (Gounod), Manon (Massenet), La Traviata (Verdi), Le Barbier de Séville (Rossini).

À son retour au Canada, en 1930, il participe au troisième Festival du Canadien Pacific à Québec avec un quatuor d'Ottawa, Les Troubadours de Bytown, dans lequel il remplace alors le feu barde Charles Marchand. Cette même année 1930, Daunais tient le rôle de Champlain dans L'Ordre de Bon Temps de Healey Willan et il débute à La Société canadienne d'opérette à Montréal, dans le rôle de Clément Marot dans La Basoche d'André Messager.

En 1932, Daunais fonde « Le Trio lyrique », avec la contralto Anna Malenfant et Ludovic Huot, ténor remplacé plus tard par Jules Jacob.

En 1936, Lionel Daunais fonde avec Charles Goulet « Les Variétés lyriques ». Pendant cette période de quelque vingt ans, Lionel Daunais aura chanté aux Variétés lyriques dans quelques huit cents représentations, une dizaine d'opéras et plus de 60 opérettes, tout en étant, de plus, souvent responsable de la mise en scène et des répétitions des artistes lyriques et scéniques, tandis que Charles Goulet préparait et dirigeait tant les chœurs que les musiciens de l'orchestre.

Auteur des paroles et de la musique d'une centaine de mélodies pour voix et piano et 18 pour chœur, dont sa merveilleuse mise en musique et harmonisation à 4 voix de poèmes tels que Le pont Mirabeau de Guillaume Apollinaire, Daunais fit également l'harmonisation d'une quarantaine de chants folkloriques et composa une trentaine de chansons pour enfants. Il a été un pionnier, l'un des grands artisans, créateurs d'emplois et animateurs de la scène lyrique au Québec, sous toutes ses formes, et un grand auteur-compositeur-interprète et harmonisateur, un agréable fantaisiste et musicien, ainsi qu'un immense éveilleur.

Lionel Daunais est mort à Montréal, le 18 juillet 1982.

Parmi ses nombreux prix, mentionnons le fait qu’en 1978 il a été fait Officier de l'Ordre du Canada. En 2006, Lionel Daunais fut admis au Panthéon des Auteurs et Compositeurs canadiens, Époque Radiophoniques, à titre posthume.

lionel daunais

Lionel Daunais, photographie des années 1930

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>