Gens du pays

Dauversière, J. Le Royer de la

Dauversière, J. Le Royer de la

Jérôme Le Royer de la Dauversière

Fondateur de Montréal

La famille Le Royer de la Dauversière était originaire de Bretagne et s’est installée en Anjou au quatorzième siècle. Certains de ses membres avaient pris part aux Croisades. Ils ont servi avec ardeur sur de nombreux champs de bataille et la famille s’est vu concéder le fief de la Dauversière, près de la Flèche. C’est dans cette petite ville que Jérôme naît le 18 mars 1597 et qu’il grandit dans une atmosphère de charité.

À l’âge de sept ans à peine, il devient élève au collège des Jésuites à la Flèche. Les Jésuites viennent à la Flèche sur l’ordre d’Henri IV pour y fonder ce collège fréquenté par de célèbres élèves comme René Descartes, auteur du Discours de la Méthode. Pour sa part, Jérôme le Royer de la Dauversière deviendra l’une des gloires du Québec.

Son père meurt quand Jérôme n’est qu’adolescent. En 1618, il épouse une jeune fille de son rang, Jeanne de Baugé, et le couple a cinq enfants, dont quatre se consacreront à Dieu. En 1636, les époux établissent l’Ordre des Hospitalières de Saint-Joseph à La Flèche, et la même année, Jérôme le Royer annonce son intention de bâtir un hôpital sur l’île de Montréal, dans une ville encore non existante! Plusieurs ne furent pas loin de penser que le pauvre homme avait perdu la tête… Établir un hôpital sur une île sauvage de l’Amérique, c’était pure folie.

Le Royer

Mais Le Royer contacte Marie de La Ferre, une autre «folle» qui est prête à se consacrer aux soins des malades du Québec. Le jeune baron de Fancamp offre son aide et sa fortune pour l’exécution du projet. Rien n’arrête ces enthousiastes, ni les contradictions, ni les protestations de leurs amis, ni la froideur de la société, ni les lenteurs des autorités ecclésiastiques… Le Royer travaille dans cet unique but que la Providence lui a révélée: il doit coloniser et évangéliser l’Île de Montréal.

Plusieurs années s’écoulent en recherche assidue pour récolter des fonds et financer la mission. En 1639, le but est sur le point d’être atteint. Cette année-là, les sociétés fondées par Le Royer sont reconnues au niveau officiel et la Compagnie obtient le permis de construire, sur l’île de Montréal, une ville fortifiée qui doit devenir le «boulevard du catholicisme dans le Nouveau-Monde» et servir de rempart contre les Iroquois. Un séminaire et un hôpital doivent y être érigés et  les « sauvages » seront convertis au christianisme.

Le Royer et ses associés ont conçu et ont mené à bonne fin leur entreprise, sans recourir au trésor public.

Le Royer expédie au Québec des outils et des provisions en vue du prochain établissement. Il recrute de futurs colons et il engage M. de MaisonneuveJeanne Mance et les autres participants de cette folle entreprise.

La petite troupe arrive en Nouvelle-France en 1641, mais l’hiver approche et ils passent quelques mois à Québec. Enfin, le 18 mai 1642, les quelque cinquante «nouveaux croisés» parviennent à s’établir sur l’île.

Une nouvelle ville naît grâce aux efforts de tous. Jérôme Le Royer de La Dauversière a consacré toute sa vie à la cause de Montréal, mais il est mort dans la pauvreté, ruiné et endetté.

Pour en savoir plus :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>