Gens du pays

Bolduc (La)

Bolduc (La)

Mary-Rose-Anne Travers (La Bolduc)

Mary-Rose-Anna Travers, connue comme La Bolduc, auteur-compositeur-interprète et musicienne autodidacte, naît le 24 juin 1894 à Newport, en Gaspésie. Marie-Rose y passe son enfance et malgré son manque de formation musicale, elle joue plusieurs instruments de musique (violon, accordéon, harmonica, bombarde).

À l’âge de 12 ans, Mary commence à jouer dans les veillées et les mariages du village. Son répertoire se constitue de mélodies irlandaises provenant du côté paternel et d’airs folkloriques canadiens-français venant de sa mère, formant ainsi le style unique.  En Gaspésie, on la considère alors une enfant prodige.
En 1907, elle quitte la Gaspésie pour s’installer à Montréal avec sa demi-sœur Mary-Ann. Elle devient une bonne, mais à l’âge de 16 ans elle trouve un emploi dans une usine.

En 1914, elle rencontre M. Édouard Bolduc, ouvrier et plombier. Elle l’épouse et, à l’usage de l’époque, devient Madame Édouard Bolduc. Elle travaille comme couturière.

La famille déménage à Springfield, dans l’État du Massachusetts, mais les Bolduc retournent à Montréal en 1922.

En 1927, Mary se fait engager comme accompagnatrice pour les Soirées du bon vieux temps de Conrad Gauthier au Monument National. Elle écrit ses premières chansons, La cuisinière et La servante, enregistrées sur disque 78 tours, pour ce théâtre. Ces premières chansons se vendent à 12 000 exemplaires, succès inégalé.

La Bolduc fonde alors sa propre compagnie et effectue de nombreuses tournées à travers le Québec et l’Acadie.

Ses créations de plus en plus populaires s’inspirent de la vie courante et d’airs proches du folklore, ainsi que des airs traditionnels telles la turlutte, la gigue et le réel.

La Bolduc est reconnue comme la première chansonnière québécoise ayant pu vivre de son art. Elle a donné à la chanson québécoise un vent de fraîcheur. Elle a su trouver les mots justes et l’humour nécessaire en plein cœur de la crise économique, en racontant le quotidien des petites gens de la ville et des campagnes et ce, dans la langue du peuple, tant avec optimisme qu’avec ironie.

la bolduc

La Bolduc compose des centaines de chansons. Elle a enregistré 46 disques comprenant 91 titres (le 92e titre L’enfant volé est interprété par sa fille Lucienne). Environs 80 de ses oeuvres demeurent accessibles grâce à ses nombreux enregistrements et repiquages.

En juin 1937, La Bolduc est blessée dans un accident de voiture et meurt le 21 février 1941, à Montréal, des suites d’un cancer.
.
Plusieurs de ses titres sont disponibles sur le site du Gramophone virtuel de Bibliothèque et Archives Canada.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>