Gens du pays

Juteau, Nicole

Juteau, Nicole

Nicole Juteau

Première femme policière au Québec

Nicole Juteau est née à Laval en 1954. Son père était le chef des pompiers de la ville.

En 1972, au Québec, aucune femme ne pouvait suivre une formation en techniques policières, et c'est seulement après avoir étudié un an au Collège Ahuntsic qu'elle accède enfin à cette formation.

Naturellement, en mai 1975, Nicole Juteau est la seule femme de sa promotion. Puis elle continue ses études à l'Institut de police du Québec à Nicolet.

À l'Institut, l'entraînement pour les femmes est le même que celui des hommes. Fait curieux, deux mois et demi se sont écoulés avant que l’Institut ne fournisse des uniformes.

Quand des recruteurs des différents corps policiers viennent visiter l’institution, Nicole Juteau se présente et demande s’il y a un emploi pour elle, mais deux corps policiers seulement sont prêts à engager des femmes: la Ville de Sainte-Foy et la Sûreté du Québec. Elle postule aux deux et c’est la Sûreté du Québec qui l’engage. 

Nicole Juteau termine troisième de sa promotion.

Elle décroche son premier emploi en juin 1975 au sein de la Sûreté du Québec à Parthenais.

Les quatre premiers mois, elle est cantonnée dans les bureaux à faire des photocopies sous  prétexte qu’il n'y a pas d'uniformes prévus pour les femmes. 

Finalement, elle est assermentée le 11 septembre 1975, et la police de Shawinigan accueille donc la première femme policière. Cependant, sur trente policiers masculins, un seul est d’accord pour travailler avec une femme.

Mme Juteau fut pendant 11 mois la seule femme policière au Québec. 

Autre fait curieux, on téléphone de toutes les villes du Québec à la police de Shawinigan pour se renseigner sur Nicole afin de savoir si on allait pouvoir embaucher des femmes. Il se trouve que Mme Juteau est une excellente policière, de plus, elle est la meilleure tireuse de la Mauricie.

Après 6 ans de service, elle postule pour intégrer l'escouade du crime organisé et à force de persévérance, elle obtient ce poste. Elle a ainsi travaillé de nombreuses années comme enquêtrice au crime organisé, se spécialisant dans les renseignements criminels sur les gangs de motards.

Mme Nicole Juteau a pris sa retraite en janvier 2001, mais elle est toujours très active en tant que bénévole.

nicole juteau

Photo: Nicole Juteau en 1975. Soucre : www.suretequebec.gouv.qc.ca

Voir aussi :

4 Comments

  1. R.C.

    2010/06/25 at 1:21

    C’est Lucille Hébert qui a été une des premières policières de la ville de Montréal. Une pionière…..mais je lis vos articles et il n’y a aucun mot sur ces policières qui ont été engagées en 1946… dommage car même si leurs rôles étaient différents elles ont donnée leurs vies pour le service lde la police de »Montréal et elles ont été des exemple à suivre…..je crois que vous devriez faire des recherches avant de dire que Mme Juteau a été la première policière du Québec…

  2. nicole juteau

    2013/02/18 at 4:57

    Bonjour en réponse a R.C. alors je vous explique . J ai un très grand respect pour ces dames qui ont travaillé dans le milieu en 1946..mais elle n avait pas le statut de policiere . Elle n était pas armée ni ne pouvait faire de patrouille. Moi quand j ai été engagée , il n y avait aucune différence dans mon travail que de celui d un homme. Et meme , la loi de police a modifié la loi pour que je puisse accomplir ce travail de policiere a part entière. Meme l Ecole Nationale de Police a statué sur le fait que j étais la premiere policiere au Québec mercil l I

  3. claudette juteau

    2013/10/29 at 11:17

    29 octobre 2013 Bonjour ,je me nomme claudette juteau et j’ai une cousine qui se nomme Nicole J’aimerais connaitre vos origines.Merci

  4. Rivet, Claude

    2016/02/15 at 9:46

    Cher Mme Juteau,
    Malgré tout le respect que j’ai pour vous les 22 policières engagées avant vous, soit en 1946, étaient de vrais policières sinon comment auraient t’elles pu avoir un fond de pension de la police de Montreal. De plus il est faux de dire que les policières n’étaient pas armées……. Ma mère , Lucille Hebert possédait une arme et une matraque…….. Je comprends que votre rôle et le sien était quelque peu différent mais reste qu’elles étaient les premières policières de la ville de Montreal…..
    Les policiers de La formation de l’année 1946 n’ont pas été formés à Nicolet mais ils étaient tout de même des policiers tout comme les policières qui ont fait parties du même régiment étaient des policières .
    Nous devons être fier de toutes ces femmes qui ont données leurs vies à la police et qui ont été des pionnières …….
    Tout comme nous devons être fier de vous Mme Juteau qui a su prendre la relève avec encore plus de responsabilités……
    Claude Rivet fils de Lucille Hebert

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>