Gens du pays

Vauquelin, Jean

Vauquelin, Jean

Jean Vauquelin

Jean Vauquelin, né à Dieppe en février 1728, est le fils d’un capitaine de la marine marchande française. Il commence à naviguer très jeune avec son père et il sert sur une frégate pendant la Guerre de Succession d’Autriche.

Devenu capitaine dans la marine marchande vers 1750, Vauquelin effectue de nombreux voyages. Au début de la guerre de Sept Ans, il est recruté par le commandant de la marine au Havre pour servir comme officier dans la marine royale.

Le 26 avril 1757, Jean Vauquelin reçoit le commandement de la frégate Tourterelle. En février 1758, il est nommé lieutenant de frégate et il se voit aussitôt confier le commandement de l’Aréthuse, une frégate de 36 canons.

Envoyé à l’île Royale, en Amérique du Nord, il réussit à entrer dans le port de Louisbourg, le 9 juin 1758, malgré le blocus d’Edward Boscawen. Les marins prennent une part très active à la défense de la place. En juillet 1758, Vauquelin réussit à forcer le blocus anglais et parvient sans encombre en Europe après une traversée très rapide. La brillante campagne vaut au vaillant officier une lettre de félicitations du ministre.

Le commissaire-ordonnateur de Louisbourg Prévost écrit au ministre, le 7 juillet 1758: M. de Vauquelin est une personne qui mérite vos faveurs. Toute la colonie l’a vu se conduire en héros, entouré qu’il était de deux batteries de canons et de 18 mortiers, qui faisaient pleuvoir sur sa frégate coups et bombes, durant quinze jours; lui, il continuait à se battre et à bombarder constamment les retranchements ennemis, leur infligeant de grandes pertes et dommages, selon le rapport fait par six déserteurs anglais. Je ne puis vous cacher que les opérations effectives de la mer ont dépendu de l’énergique habileté de cet officier, fort ca­pable de rendre encore de plus grands services au Roi.

Il reçoit le commandement de la frégate L’Atalante et il est de retour au Canada l’année suivante, où Vauquelin participe au siège de Québec, puis à la bataille de Sainte-Foy, en avril 1860.

Le 16 mai 1760, Jean Vauquelin est blessé et pris par les Anglais à Pointe-aux-Trembles (Neuville), quand sa frégate L’Atalante est détruite lors d’une bataille. Vauquelin résiste jusqu’au bout à la flotte anglaise et sa frégate est réduite à l’état d’épave quand il est fait prisonnier, après avoir réussi à faire débarquer la plupart de ses hommes.

Libéré, il rentre en France, où il obtient le grade de lieutenant de vaisseau, en 1764, grâce à ses états de service.

monument vauquelin

Monument de Jean Vauquelin. Photo : © GrandQuébec.com

Le lieutenant de vaisseau Vauquelin il effectue une mission de transport vers la Guyane, puis effectue des voyages dans l’océan Indien, ensuite, à l’usage de l’époque, il fait des voyages de traite de Noirs et de bétail entre l’île de France, le Mozambique et Madagascar.

On accuse Jean Vauquelin de commerce illicite, alors à son retour en France en décembre 1769, le roi prescrit son internement pour trois mois au château du Taureau, dans la baie de Morlaix. Il est transféré à Nantes, puis libéré le 1er mai 1770, les soupçons portés contre lui se révélant peu fondés.

Le 10 août 1772, Jean Vauquelin reçoit le commandement du Faune et est envoyé dans l’océan Indien. Sa santé est cependant gravement altérée: il tombe malade et meurt à Rochefort le 10 novembre 1772.

À Montréal, la place Vauquelin honore ce brave officier. Son nom a été emprunté aussi par une série de vedettes contre-torpilleurs français (la classe Vauquelin), construits entre 1931 et 1933. Un monument lui a été érigé également à Dieppe.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>