Gens du pays

Brébeuf, Jean de

Brébeuf, Jean de

Saint Jean de Brébeuf

Né à Condé-sur Vire, en Normandie, le 15 mars 1593, Jean de Brébeuf entre chez les Jésuites en 1617.

Jean de Brébeuf est envoyé en Nouvelle-France en 1625. Il y reste jusqu’en 1629, quand il retourne en France après la reddition de la colonie aux frères Kirk.

Quatre ans plus tard, en 1633 il repart pour à Québec à sa restitution à la France. Il revient en Huronie et s’installe sur les berges du lac Erie, près de la Baie Géorgienne (aujourd’hui, Ontario).

Brébeuf évangélise au nord des Grand Lacs jusqu’en 1642, quand est envoyé à Québec pour prendre la charge de la réserve de Sillery.

Le 16 mars 1649, Brébeuf est fait prisonnier par les Iroquois. Le même jour, il subit un supplice atroce. Voici un extrait des Relations des Jésuites, rédigé par le père jésuite Paul Ragueneau, en 1649, décrivant le supplice de Brébeuf: … Le barbare… prit un chaudron plein d’eau bouillante et le verse sur son corps à plusieurs reprises en dérision du saint baptême. Après cela, ils lui firent souffrir plusieurs autres tourments : le premier fut de faire rougir des haches toutes rouges de feu et les appliquer sur les reins et sous les aisselles. Ils font un collier de ces haches toutes rouges de feu et le mettent au col de ce bon père. Après cela ils lui mirent une ceinture d’écorce toute pleine de poix et de résine et y mirent le feu qui grilla tout son corps. Pendant tous ces tourments, le père de Brébeuf souffrait comme un rocher insensible aux feux et aux flammes, cd qui étonnait tous bourreaux qui le tourmentaient. À son décès, son cœur a été arraché et mangé.

Jean de Brébeuf rédige plusieurs rapports sur ses activités missionnaires. Son dernier rapport est considéré un chef-d’œuvre ethnologique. C’est dans ce rapport qu’il décrit en détail les rites mortuaires des Hurons.

Il est considéré le premier martyr canadien par l’Église. En 1930, Jean de Brébeuf est canonisé par le Vatican. En 1940, Jean de Brébeuf est proclamé patron du Canada.

brebeuf et lalemant

Supplice des Saints Martyrs canadiens. « En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé qui tombe en terre ne meurt pas, il reste seul; si au contraire il meurt, il porte du fruit en abondance. Celui qui aime sa vie la perd, et celui qui cesse de s’y attacher en ce monde la gardera pour la vie éternelle. »- Jean 12, 24-25

Pour en apprendre plus

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>