Godbout, Jacques

Jacques Godbout

Le bonheur c’est une mayonnaise : ça tourne sans qu’on sache pourquoi.
Jacques Godbout, Salut, Galarneau

Jacques Godbout, l’une des figures de la société québécoise des années 1950 et 1960, est né le 27 novembre 1933 à Montréal. Il fait ses études classiques chez les jésuites au Collège Jean-de-Brébeuf. En 1954, Jacques Godbout obtient une maîtrise en lettres de l’Université de Montréal. Ensuite, il part en Éthiopie pour enseigner le français à l’Université d’Addis-Abeba, d’où il rentre au Canada en 1958.

De retour au pays, Jacques Godbout se distingue comme publiciste et écrivain. Selon certains, ses œuvres auraient inspiré la révolution tranquille de 1960. En 1962, il est cofondateur du Mouvement laïque de langue française.

En tant que journaliste, Godbout collabore à plusieurs magazines et journaux, dont Liberté (qu’il fonde avec un groupe d’amis en 1959), l’Actualité, Maclean’s, Lettres françaises, Cité libre, Vie des Arts, et le Devoir. Ses essais analytiques sur la Révolution tranquille sont publiés dans le Réformiste et le Murmure marchand.

Il commence à travailler au début des 1960 avec l’Office national du film du Canada en tant que cinéaste-scénariste, et avec Radio-Canada comme animateur de radio.

En 1968, Jacques Godbout devient l’un des fondateurs du Mouvement Souveraineté-Association. Mouvement qui donna naissance au Parti québécois.

En mars 1977, il fonde, avec d’autres écrivains, l’Union des écrivaines et des écrivains québécois, dont il devient le premier président.

En tant que cinéaste, il tourne des longs-métrages et des documentaires.

Jacques Godbout s’est vu décerner plusieurs prix littéraires, dont le Prix Québec-Paris pour son roman l’Aquarium (1962), le Prix du Gouverneur général pour son roman Salut Galarneau! (1967), et pour l’ensemble de son oeuvre : le prix Bene merenti de patria (1973), le Prix Ludger-Duvernay (1973), le Prix Littéraire Canada-Communauté Française de Belgique (1978) et le Prix Athanase-David (1985). En 1998, il est nommé Chevalier de l’Ordre national du Québec. En 2002, il a été élu Doctor Honoris Causa de l’Université d’Ottawa.

Parmi les romans de Jacques Godbout, on peut signaler les suivants :

  • L’Aquarium
  • Le Couteau sur la table
  • Salut Galarneau !, (traduit en anglais sous le titre Hail Galarneau!)
  • D’amour, P.Q.
  • L’Isle au dragon
  • Les Têtes à Papineau
  • Une histoire américaine
  • Le Temps des Galarneau
  • Opération Rimbaud
  • La Concierge du Panthéon
  • Une leçon de chasse (pour enfants)
  • Mes petites fesses (également pour enfants)

jacques godbout

Jacques Godbout. Source de la photo : Université d’Ottawa

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>