Gens du pays

Duchemin, Gertrude

Duchemin, Gertrude

Gertrude Duchemin

Gertrude Duchemin est née le 20 mai 1910, à Sainte-Thècle, dans le comté de Champlain.

Elle étudie pendant trois années à l’Hôpital de Lachine et devient garde-malade enregistrée en 1932. Ensuite, Gertrude Duchemin exerce le métier de garde-malade à Montréal pendant quatre ans. À l’époque, les femmes ne pouvaient pas étudier en médecine et leur participation aux services de santé était limitée à ce métier.

Après 1929, lorsque le Québec est plongé dans une crise économique sans précédent, le gouvernement du Québec, afin de pallier à la situation, met en place des plans de colonisation des nouvelles terres avec la participation des chômeurs.

Pour assurer les services médicaux aux nouveaux colons, le service des infirmières de colonie est formé et, en décembre 1936, Mme Duchemin se rend en Abitibi et devient infirmière de colonie. Elle a à sa charge les Cantons de La Corne et de Vassan.

En tant qu'infirmière en région isolée, elle est soignante, dentiste, chirurgienne, pharmacienne, sage-femme et même vétérinaire. Être infirmière de colonie c’est être disponible 24 heures sur 24, sept jours sur sept, dans des conditions particulièrement difficiles où l'on doit souvent se déplacer en sulky ou en traîneau à chiens. C’est pourquoi certains docteurs refusaient de s’y rendre.

Gertrude Duchemin vit et travaille en Abitibi pendant plus de quarante ans, accomplissant un extraordinaire travail. Elle devient la personne la plus aimée et respectée par la population locale qui lui manifeste une confiance sans limite. Elle a pris de retraite après avoir travaillé 40 ans.

Gertrude Duchemin s’éteint à l’âge de 80 ans, en 1990. Aujourd’hui, le Lieu Historique National du Canada le Dispensaire de la Garde est consacré à la vie et aux exploits de cette femme. Il est situé à La Corne et retrace l’histoire de Gertrude Duchemin et de toutes les gardes de colonie au Québec.

(Par Elba)

gertrude duchemin

Gertrude Duchemin. Photo : aucune licence nécessaire, domaine public

Voir aussi :

1 commentaire

  1. Céline Duchemin

    2014/02/23 at 2:39

    Me croyant unique, avec ma soeur Lise, en tant que Duchemin, je suis tout particulièrement heureuse d’entendre parler de cette femme remarquable, d’une lointaine parenté, sans doute. Je me souviens que , de son vivant, notre mère nous parlait d’une garde Duchemin en Abitibi, cousine éloignée; ça devait être elle.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>