Gens du pays

Taché, Étienne-Paschal

Taché, Étienne-Paschal

Étienne-Paschal Taché

Sir Étienne-Paschal Taché naît le 5 septembre 1795 à Montmagny. Il était le fils de Charles Taché et de Marguerite Michon.Très jeune, il quitte sa famille pour aller travailler à Québec et à l’âge de 17 ans, il s’engage comme soldat dans la milice canadienne lors de la guerre de 1812. Il participe alors à la bataille de Châteauguay, où il reçoit une médaille de bravoure et à la bataille de Plattsburgh.

Son séjour dans la milice lui donne l’opportunité de s’initier à la médecine en assistant les chirurgiens de son unité. À la fin de la guerre, il entreprend plus sérieusement sa formation en médecine auprès de Pascal Sales Laterrière qui était l’un des chirurgiens de son bataillon. Il étudie avec  le Dr. Laterrière jusqu’en 1818 et il s’établit ensuite à Philadelphie afin d’obtenir sa licence de médecin à l’Université de Pennsylvanie.

À son retour à Québec, il épouse Sophie Morency le 18 juillet 1820. Ensuite, le Dr Taché pratique la médecine dans la région de Montmagny, pendant vingt-deux ans.

Il s’intéresse à la politique et commence à s’inquiéter de la difficulté qu’ont les Canadiens-français à se faire entendre dans les professions libérales. Ainsi, au début des années 1830, il s’investit dans différentes organisations visant la reconnaissance des droits et des compétences de ses confrères médecins, notaires ou avocats, et qui favorisent l’accès des Canadiens-français à ce type de profession. Il prend ensuite une part active au sein du mouvement patriote. En 1837, il organise une assemblée patriote à Montmagny, avec la participation de Louis-Joseph Papineau et Augustin-Norbert Morin, mais étant contre la prise des armes, il ne participe pas à la rébellion des Patriotes de 1837-1838.

En 1841, Étienne-Paschal Taché quitte la médecine et il est élu comme député du comté de L'Islet à l'Assemblée législative du Canada-Uni, en tant que représentant d’un mouvement qui prendra plus tard la désignation de Parti réformiste. À partir de ce moment, et jusqu’à sa mort, il consacre toutes ses énergies à la défense et à la sauvegarde des institutions et des intérêts des Canadiens-français.

Dès 1846, jouissant d’une renommée enviable d’homme sincère, il occupe différentes charges administratives : adjudant-général des milices du Canada-Est, conseiller législatif et exécutif, receveur-général, commissaire des travaux publics du Canada-Uni. Enfin, il occupe le poste de premier ministre de la province, et ça à deux reprises, soit en 1855-1856 et en 1864-1865.

Il consacre ses efforts au projet de la confédération des provinces de l’Amérique du Nord britannique. Malgré ses 69 ans, en plus de ses charges de premier ministre et de ministre de la milice et des finances, il accepte le rôle de président de la Conférence de Québec qui jette les bases du plan confédératif. Par la suite, à titre de premier ministre, il défend ce projet en chambre.

Cependant, après une attaque de paralysie, il est forcé de se retirer de la vie publique et il  s’éteint à Montmagny le 30 juillet 1865, sans connaître l’aboutissement du projet de la Confédération canadienne qui se concrétisera en 1867 par l'Acte de l'Amérique du Nord Britannique.

Aujourd’hui, Sir Étienne-Paschal Taché est considéré comme le premier des pères de la Confédération canadienne.

étienne tache

Portrait d'Étienne-Paschal Taché, photographie de 1865, année de son décès

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>