Gens du pays

Grignon, Claude-Henri

Grignon, Claude-Henri

Claude-Henri Grignon

Claude-Henri Grignon naît le 8 juillet 1894, à Sainte-Adèle dans les Laurentides. Il débute ses études classiques au Collège de Saint-Laurent, mais ensuite il retourne à Sainte-Adèle, où il prend des cours privés et écrit des articles pour le journal l’Avenir du Nord de Saint-Jérôme.

Grignon travaille à Montréal comme fonctionnaire de la douane canadienne. En 1920, il devient membre de l’École littéraire de Montréal et il publie des articles (parfois sous des pseudonymes) dans plusieurs magazines et journaux: La Minerve, Le Nationaliste, La Nation de Québec, L’Ordre, Le Canada, Le Matin, La Revue populaire, Le Petit Journal, La Revue populaire, La Renaissance, Bataille, etc.
Dans les années 1920, Claude-Henri Grignon, autodidacte et homme de grande culture, est directeur des pages littéraires de la revue En Avant! et de l’hebdomadaire Le Bulletin des agriculteurs.

En 1928, Grignon publie son premier roman Le secret de Lindbergh, mais c’est son deuxième roman, Un homme et son péché, paru en 1933 qui le fait célèbre. Ensuite, il écrit Ombres et Clameurs, regard sur la littérature canadienne.

En 1934, il publie un recueil de nouvelles intitulé Le Déserteur. En 1936, un essai, Précisions sur Un homme et son péché. La même année, il fonde les Pamphlets de Valdombre, revue mensuelle du ministère de la Colonisation du Québec, où il est directeur-adjoint de la publicité. La publication disparaîtra en 1943.

Avec l’aide de sa cousine Germaine Guèvremont, Grignon inaugure le feuilleton radiophonique Un homme et son péché. La série aura une longévité exceptionnelle puisqu’elle sera diffusée de 1939 à 1962.

En 1941, l’écrivain est élu maire de Sainte-Adèle, poste qu’il occupera jusqu’en 1951.

En 1956, le roman Un homme et son péché est adapté à la télévision par son auteur sous le titre Les Belles Histoires des Pays-d’en-Haut. La durée de la série sera également exceptionnelle au Québec. En effet, elle sera diffusée jusqu’à 1970. D’ailleurs, deux films seront tournés au Québec sur Séraphin Poudrier, le héros du roman. Ce personnage est devenu le symbole de l’avarice et de l’usure. Pour lui, l’économie est une fin qui justifie tous les moyens.

Dans les dernières années de sa vie, l’écrivain travaille à ses mémoires.

Claude-Henri Grignon décède à Sainte-Adèle, après une longue maladie, en 1976.

Claude Henri Grignon

Claude Henri Grignon

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>