Gens du pays

Chénier, Jean-Olivier

Chénier, Jean-Olivier

Jean-Oliver Chénier

Un des leaders du mouvement des Patriotes de 1837-1838, Jean-Olivier Chénier est né à Lachine le 9 décembre 1806 (certaines sources mentionnent Longueuil comme lieu de naissance) et tout semble indiquer qu’il eut une enfance paisible et heureuse.

En 1828, Chénier obtient son diplôme de médecin et s’installe dans le village de Saint-Benoit (Mirabel) pour déménager plus tard à Saint-Eustache (en 1836), où il reprend la clientèle de son oncle.

Dès le début des années 30, Chénier commence à s’intéresser aux affaires publiques. Il fait rapidement preuve d’un grand sens de l’organisation.

Le 11 avril 1836, Chénier est secrétaire dans une assemblée populaire qui décide d’éviter l’achat de «marchandises et de produits des manufactures britanniques».

Le 23 octobre 1837, Chénier prend une part active à l’assemblée des six comtés de Saint-Charles, qui est le point de départ de l’insurrection de 1837. Orateur brillant, il est identifié comme le second chef des Patriotes de Saint-Eustache.

Lorsque le gouvernement lance des mandats d’arrêt contre les Patriotes au mois de novembre, le nom de Chénier apparaît sur la liste.

Vers la mi-novembre, les affrontements armés entre les Patriotes et les Britanniques commencent et Chénier rejoint immédiatement les forces armées patriotes. Ces derniers perdent la plupart des batailles face à une armée bien mieux entraînée.

Après leur victoire à Saint-Charles en novembre, les troupes anglaises avancent vers Saint-Eustache et le 14 décembre 1837, ils se lancent à l’attaque des positions fortifiées des patriotes qui se sont barricadés à l’intérieur de l’église et du couvent.

jean olivier chenier

Monument à Chenier, photo prise avant 2006. Source : Photo Denis Chabot, site Internet www.mef.qc.ca

Chénier, à la tête d’un groupe de 180 hommes, résiste, mais vers la fin de l’après-midi le village est en flammes. Les patriotes se retirent et Chénier est tué de deux balles dans la poitrine.

monument a chenier

Monument à Chenier, photo de 2010. Le fusil a mystérieusement disparu. Photo: © Grandquebec.com

Quelques mois avant sa mort, ce médecin et commandant du camp des «Patriotes du Nord» à Saint-Eustache, déclare durant une assemblée à Sainte-Scholastique: «Ce que je dis, je le pense et je le ferai; suivez-moi et je vous permets de me tuer si jamais vous me voyez fuir.»

Le clergé refusa que les patriotes soient enterrés en terre consacrée en raison de l’excommunication déclarée par Mgr Lartigue. Ce n’est qu’en 1997 que cette excommunication est levée par le synode des évêques québécois à l’occasion du cent cinquantenaire de la rébellion. Et c’est en 1987 que les restes de Jean-Olivier Chénier ont été transférés dans le cimetière de Saint-Eustache par la Société Saint-Jean Baptiste.

Plusieurs monuments représentant Chénier se trouvent au Québec, dont le plus fameux se dresse au centre-ville de Montréal, près de la station de métro Champ-de-Mars, au coin des rues St-Denis et St-Antoine.

Monument à Chénier

Monument à Chénier

Monument de Jean-Olivier Chénier devant l’église St-Eustache.Photo : GrandQuebec.com

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>