Gens du pays

Lemelin, Roger

Lemelin, Roger

Roger Lemelin

Roger Lemelin est l’un des grands romanciers populaires du Québec.

Il est né en avril 1919 dans une famille de dix enfants de milieu modeste, dans le faubourg ouvrier de Saint-Sauveur, à Québec. Il a dû quitter l’école après 8 années d’études.

Roger Lemelin veut devenir athlète. Mais au moment des essais olympiques, un grave accident de saut à ski brise la cheville de ce jeune homme de 18 ans, ce qui ruine ses espoirs sportifs.

Il est condamné pendant un temps au fauteuil roulant, puis il se déplace à l’aide de béquilles pendant six ans, sa famille n’ayant pas les moyens de lui payer une intervention chirurgicale. Lemelin se met alors à écrire, sans toutefois penser être édité.

Mais son premier livre, publié en 1944, Au pied de la pente douce, connaît rapidement un vif succès et est traduit en plusieurs langues. Cette réussite incite Lemelin à poursuivre son oeuvre.

C’est en 1948 que paraît Les Plouffe. En 1949, il écrit un recueil de nouvelles sur les péchés capitaux et, en 1952, Pierre le Magnifique.

Puis il cesse son activité de romancier pendant plus de deux décennies. Il devient journaliste pour les prestigieuses publications américaines Time, Life et Fortune, et il collabore à La Presse et à d’autres journaux canadiens.

En 1952, il écrit le scénario de L’Homme aux oiseaux, court métrage comique réalisé par Bernard Devlin, qui contribue à l’affirmation des cinéastes francophones au Québec.

En 1946, il reçoit le prix David et, à l’âge de 30 ans, le Grand Prix de Paris. Il devient le plus jeune membre élu de la Société royale du Canada. En 1965, il est étonné (parce qu’il ne publie pas à ce moment), de recevoir la médaille de la langue française de l’Académie française.

Mais cette médaille est une reconnaissance logique pour Roger Lemelin, qui se porte depuis longtemps à la défense de la langue française, fustigeant en maintes occasions le «joual».

Cet autodidacte a reçu deux doctorats es lettres honorifiques: le premier de l’Université de Sudbury en 1976, et le second de l’Université Laval le 20 juin 1992. L’année suivante, Roger Lemelin est élu au Temple de la renommée de la presse qui reconnaît ses mérites exceptionnels dans le domaine des communications.

En 1980, il reçoit le titre de Compagnon de l’Ordre du Canada, la plus haute distinction civile du pays, pour son importante contribution à la littérature canadienne. L’année suivante, l’Association des écrivains canadiens lui remet un parchemin pour honorer sa contribution à la littérature.

En 1989, pour son apport exceptionnel au développement de la société québécoise, on lui décerne l’Ordre national du Québec. En 1990, il est fait Chevalier de la Légion d’honneur, en hommage à sa contribution à la culture française.

En s’inspirant des Plouffe, Roger Lemelin a écrit une série télévisée qui a tenu l’antenne, à la fois en français et en anglais, pendant six ans dans les années 50.

Plus tard, au début des années 1960, un autre téléroman, En remontant la pente douce, a ressuscité plusieurs personnages des Plouffe. En 1975, Les Plouffe sont adaptés aux États-Unis sous le titre Viva Valdez, mettant en scène une famille mexicaine.

En 1982, Roger Lemelin écrit la suite du roman Le crime d’Ovide Plouffe, dont l’action commence en 1948. Ce dernier roman a aussi été l’objet d’une adaptation cinématographique.

Curieusement, Lemelin vend son nouveau livre dans les supermarchés Provigo, au grand dam des libraires traditionnels. Le livre se vend à plus de 50 000 exemplaires.

En 1980, Lemelin publie un livre de souvenirs, La culotte en or, et Les Voies de l’Espérance, un recueil de textes divers, billets, articles, éditoriaux et conférences.

En juin 1972, Roger Lemelin est nommé président et éditeur de La Presse, poste qu’il occupera jusqu’en 1981.

Roger Lemelin est décédé le 16 mars 1992 à l’Hôtel-Dieu de Québec à l’âge de 72 ans, des suites d’une longue maladie.

roger lemelin

Roger Lemelin au travail, vers 1960

Roger Lemelin

Roger Lemelin

Buste de Roger Lemelin au milieu d’une petite place du quartier Saint-Sauveur qui porte son nom.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>