Gens du pays

Richard, Maurice

Richard, Maurice

Maurice Richard

Joseph Henri Maurice Richard est né le 4 août 1921.

Enfant, il joue au hockey au parc Lafontaine à Montréal, mais on ne le destinait pas à une carrière dans la Ligue nationale de hockey. Toutefois, on remarque ses prédispositions et le 31 octobre 1942, Maurice Richard débute la saison avec le Canadien. Ainsi commence la carrière de Maurice «Rocket» Richard, la plus grande vedette du hockey née au Québec. Il ne quittera le Canadien que 18 ans plus tard, en 1960.

Lors de sa première saison, Richard joue seulement 16 matchs, parce qu’une cheville cassée le tient à l’écart du jeu.

C’est à la saison suivante que le numéro 9 fait parler de lui. En 1945, le «Rocket» marque 50 buts en 50 matchs !

De tempérament fougueux, il terrifie les gardiens de but. Les équipes adverses désignent deux joueurs pour surveiller Maurice Richard, mais sans succès.

Le 19 octobre 1957, à l’âge de 35 ans, Maurice Richard atteint le grand objectif de sa carrière. Il a marqué 500 buts. Devant près de 15 mille spectateurs, le Canadien remporte la victoire sur les Black Hawks de Chicago par 3 à 1. L’instructeur Toe Blake, des Black Hawks, est le premier à s'incliner devant le champion (Hector Toe Blake a réussi un tour de force peu commun en marquant 235 buts au cours de sa carrière dans la ligue de hockey majeur).

Un premier bilan dans la carrière de Richard: 544 buts et 421 aides en saisons régulières, 15 participations aux séries éliminatoires et huit Coupes Stanley.

Le 16 mars 1955, un événement mémorable a lieu. Clarence Campbell, le président de la LNH, suspend Maurice Richard pour le reste de la saison régulière et les séries éliminatoires, suite à deux violents coups de poing donnés à un juge de lignes lors d’un match contre les Bruins de Boston.

Les partisans de Richard, outrés par la suspension, manifestent devant le Forum et la manifestation dégénère en émeute. Le lendemain, Richard lance un appel au calme mais les médias interprètent l’émeute comme une manifestation du nationalisme canadien-français.

Le 6 octobre 1960, le club des Canadiens décide que plus personne dorénavant ne portera le dossard n° 9, qui fut celui de Maurice Richard tout au long de sa carrière.

Maurice Richard est décédé le 27 mai 2000. Il eut droit à des funérailles nationales.

maurice richard

Pour en savoir plus :

1 commentaire

  1. melissa

    2011/02/20 at 5:05

    Jai vraiment aimer se que vous avez ecrit sa ma aider dans mon exposer oral sur maurice richard merci

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>