Gens du pays

Langevin, André

Langevin, André

André Langevin

André Langevin naît le 11 juillet 1927 à Montréal. Il perd ses parents en bas âge et séjourne plusieurs années dans un orphelinat. Cette expérience l’a fortement marqué, et plusieurs de ses personnages sont des orphelins.

Il poursuit des études classiques jusqu'en Belles-Lettres, la cinquième année du cours, au Collège de Montréal. Il sera commis de bureau, garçon de ferme, garçon de taverne et chauffeur de "fournaise", avant de devenir chroniqueur littéraire.

Entre 1945 et 1948, Langevin travaille pour différents quotidiens et revues (Le Devoir, Le Temps, Liberté, Le Nouveau Journal, Le Magazine Maclean, etc.)  et ensuite il devient rédacteur d’information et réalisateur pour Radio-Canada, où il travaille jusqu’en 1985. Brillant journaliste, il écrit des articles et des chroniques sur la politique, la culture et l’éducation.

C’est en 1951 qu’André Langevin publié son premier roman, «Évadé de la nuit» (premier roman d'une trilogie complétée par «Poussière sur la ville» qui paraitra en 1953. Suivra «Le Temps des hommes» (1956).

Ses romans sont bien reçus par le public et la critique, et leur thématique existentialiste rompt avec le courant du roman du terroir qui a jusque-là dominé la prose en français au Canada.

Un long silence suit la première période de productivité littéraire et André Langevin ne retourne à la littérature qu’au début des années 1970: en 1972, «L’élan d’Amérique» voit le jour et en 1974, «Une chaîne dans le parc».

Ces romans psychologiques, influencés par l’existentialisme français, présentent des personnages pris par des drames personnels, en lutte pour échapper à leur désespérante solitude. Ces personnages sont par la plupart des hommes seuls, qui ne peuvent compter ni sur le secours de la religion, ni sur celui de leurs semblables pour affronter des crises existentielles qui le plus souvent ont une issue tragique.

Le style de l’écrivain est concis et strict, le texte est composé de phrases courtes et précises, se concentrant sur la psychologie des personnages.

Le silence de l’auteur pendant des décennies a contribué à faire tomber dans un oubli relatif son œuvre, qui se trouve pourtant parmi les plus importantes dans le développement du roman québécois moderne, se trouvant à côté des romans de Gabrielle Roy et Yves Thériault.

Cependant, son roman «Poussière sur la ville» est très bien connu et a été porté à l’écran avec succès par Arthur Lamothe en 1968. Ce roman met en scène le jeune médecin Alain Dubois, installé dans la ville minière de Macklin (une représentation fictionnelle de Thetford Mines et ses mines d’amiante). Alain est incapable d’établir une relation de confiance avec la population qu’il doit servir comme médecin. Il sent sa jeune épouse lui échapper graduellement.

Plusieurs prix littéraires ont été attribués à André Langevin par ses romans, dont le Prix du Cercle du livre de France pour «Évadé de la nuit», en 1951, Prix Athanase-David par l’ensemble de son œuvre, etc.

André Langevin s’éteint le  21 février 2009 à Cowansville.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>