Gaspésie

Gaspésie

La Gaspésie commence à Sainte-Flavie, à l'endroit où la route 132 se divise en deux ou à Mont-Joli par l’autoroute 20, pour former une boucle itinérante d'environ 885 km.

C'est à ce point précis que vous devez choisir votre itinéraire, soit l'itinéraire du sud ou celui du nord. La voie du nord longe le littoral du colossal fleuve Saint-Laurent avant de vous catapulter à la pointe de la péninsule pour y admirer le paysage sauvage et l'immensité du golfe. Par l'itinéraire du sud, vous faites immersion dans un milieu verdoyant, celui de la vallée de la Matapédia, le pays du saumon, pour ensuite vous détendre sur les longues plages invitantes habillées de sable fin de la baie des Chaleurs. Et tout au long de ce grand tour, vous êtes conviés à visiter parcs et attraits touristiques.
 
La Gaspésie est une péninsule de forme elliptique qui s'avance dans le golfe Saint-Laurent. Le nom de la région vient du terme micmac «Gespeg», signifiant «fin des terres». Samuel de Champlain nomma ce territoire Gachepé en 1603.
 
Les Amérindiens amorcent son histoire; ils y sont installés depuis des milliers d’années et ont déjà vu des Vikings, des navigateurs italiens, ainsi que des pêcheurs basques et bretons croiser dans les eaux du Saint-Laurent, lorsqu’en 1534 Jacques Cartier entre en contact avec eux et  «découvre» le Canada au nom du roi de France. S’en suit une succession de nouveaux arrivants tels des Français, Acadiens, Loyalistes, Bretons, et Basques pour lesquels la Gaspésie devient nouvelle patrie. De même, des Anglais, Jersiais, Irlandais, Écossais et bien d’autres s’y installent.
 
Toutefois, ce n’est qu’en 1929 que la Gaspésie est reliée au reste du Québec, lorsque la route 132, faisant le tour de la péninsule, est ouverte.
 
La Gaspésie possède le statut de destination reconnue et recherchée dans l'histoire du tourisme au Québec. Renommée de longue date pour la beauté de ses imposants paysages naturels, elle attire les visiteurs des quatre coins du monde. D’abord prisée par la bourgeoisie pour la pêche au saumon et la vastitude de ses lieux de villégiature, elle se hisse rapidement au premier rang des destinations touristiques québécoises.
 
L’économie de la région est centrée sur trois secteurs : la pêche, l’industrie forestière et le tourisme. Ces activités saisonnières et les activités de transformation qui leur sont associées représentent 30 % de l'économie de la région. Les secteurs qui génèrent le plus grand nombre d'emplois sont les services de santé et les services sociaux, le commerce de détail, l'hébergement et la restauration, l'enseignement, l'administration publique et la fabrication ou transformation des aliments et boissons.
 
Chaque été, les voyageurs viennent contempler les multiples attraits de la région, tels que le Rocher Percé et l’île Bonaventure, le parc national du Canada de Forillon, le parc national de la Gaspésie, le parc national de Miguasha, les Jardins de Métis, le littoral gaspésien, etc.
 
Le National Geographic Traveler classe la Gaspésie 3e destination mondiale en tourisme durable. De plus, le National Geographic classe la Gaspésie comme l’une des 50 destinations incontournables à visiter au monde. Quant au réputé atlas routier Michelin, il a octroyé le maximum d’étoiles, soit trois, au parcours de la Gaspésie, le seul choisi au Québec dans sa sélection des 25 parcours pittoresques d’Amérique du Nord.

La ville de Gaspé est située à mille kilomètres environ à l'est de Montréal (une douzaine d'heures de route si vous roulez à une vitesse raisonnable).

Pour en apprendre plus sur la Gaspésie :

Association touristique de la Gaspésie
357, route de la Mer, Sainte-Flavie, Québec, G0J 2L0

1 800 463-0323

rocher perce

Vue panoramique du Rocher-Percé, en Gaspésie. Droit d’auteur – copyright © Irina Harcenco

Voici nos articles sur la Gaspésie et ses attraits :

    5 Comments

    1. Edith Jolicoeur

      2010/09/22 at 3:40

      J’aimerais savoir si ce site est une initiative privée ou publique? Votre présentation de la Gaspésie est archaïque et plutôt trompeuse.
      1- La Gaspésie N’EST PAS à mile kilomètres à l’est de Montréal. Si on considère Mont-Joli comme la porte d’entrée de la Gaspésie touristique, moins de 600km la séparent de Montréal.
      2- On était isolés du reste du Québec avant 1929, nous!? Euh!! Je vérifie ça auprès d’un ami historien, et je vous reviens.
      3- De nos jours, les gaspésiens vivent de la pêche qui reste le pilier de l’économie!??? Pardon!??? Je connais pas mal plus de fonctionnaires (enseignants, professionnels de la santé, etc.) que de gens qui vivent de la pêche ou même de la forêt!
      4-Qui s’attend à ce que le tourisme influence le solde migratoire!? On devrait plutôt parler de vieillissement de la population, du manque d’accès aux études supérieures en région (pour les aspects négatifs), mais aussi de la vague de retour en région des jeunes diplômés. On peut aussi souligner l’apport de l’UMF (unité de médecine familiale) dans l’attraction de médecins (pour les aspects positifs).

    2. Chantal

      2010/09/22 at 5:28

      Bonjour,
      En tant que responsable Web de Tourisme Gaspésie, je trouve votre texte décevant et il ne reflète vraiment pas ce qu’est la Gaspésie. J’ai de biens meilleurs textes vantant la région… svp veuillez me contacter, il me fera plaisir de vous fournir des textes véridiques et de bien meilleur goût. Merci.

    3. Marc Beaudoin

      2012/05/11 at 2:42

      Ce serait important de corriger les erreurs rapidement : votre site sert de référence dans l’école secondaire où je travaille!

      Gaspé, et non pas la Gaspésie, se trouve en effet à 1000 km de Montréal. Il ne faudrait pas faire croire qu’on peut rouler plus rapidement au Bas-Saint-Laurent qu’ailleurs : franchir 1000km en six heures de voiture va certainement attirer l’attention des autorités policières!

    4. admin

      2012/05/11 at 4:08

      Bonjour Monsieur Beaudoin, je viens de corriger les deux lapsus, mais il y en a certainement d’autres et si vous avez d’autres suggestions et corrections, n’hésitez pas à nous écrire.

    5. Pierre April

      2012/07/19 at 9:51

      Pour l’amour du ciel prenez donc le temps de rajeunir vos présentations de la Gaspésie. Il y a tant d’erreurs que ça rend un Gaspésien malade. Une mise à jour et plus de photos rendraient probablement la région plus attrayante à d’éventuels visiteurs qui consultent Internet avant de décider de faire le voyage. À quand de vrais experts du marketing pour vendre les attraits gespésiens? N’attendez pas qu’on meure pour nous montrer comme nous sommes, en 2012. L’histoire c’est bien beau, mais il y a aussi le présent et l’avenir.

    Laissez un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>